Articles

Publié le 08 septembre 2008 Mis à jour le 23 octobre 2008

Cameroun : implantation de 300 télécentres communautaires***

Le territoire camerounais couvre une superficie de 475 000 km2. Et selon sa politique nationale des Tic, un plan d’implantation de plusieurs télécentres permettrait à tout le pays de minimiser la fracture numérique endogène et de pourvoir tout le pays de bornes d’informations. Thot s’en est fait l’écho en son temps. Avec la baisse très frugale des coûts du téléphone que l’État a imposé aux fournisseurs, le téléphone portable devient un instrument de travail aux yeux de la grande majorité de la population. Celle-ci attend de l’État la mise en place des structures permettant une large ouverture sur le monde, notamment, la vulgarisation de l’Internet pour l’apprentissage et la documentation complète.

L’ambition du Cameroun de se doter de ces structures résulte d’une longue réflexion ponctuée d’actes significatifs. Par exemple, en 2006, des investissements costauds, de l’ordre de 200 milliards Fcfa effectivement conduit à la création de télécentres communautaires dans certaines localités du pays ; celle-ci- est sous-tendue et renforcée par l’installation de la fibre optique le long du tracé du pipeline Tchad-Cameroun ; l’extension des réseaux de Douala et de Yaoundé et la numérisation des centraux téléphoniques à travers le pays.

Pour accélérer et appuyer cette opération qui doit parvenir à connecter plus de 20 000 villages d’ici à 2015, le gouvernement du Cameroun et la société canadienne HTT Cameroon S.A ont signé une convention sur le financement et le déploiement, dans le pays, d’au moins 300 télécentres communautaires privés (TCPP) sur une période de 7 ans. Ces points d’accès ont des missions diverses d’éducation, de communication de télésanté, etc. Ils devront contenir des services de base comme le téléphone, le fax et l’Internet pour lutter contre la fracture numérique entre les villes et les zones rurales et périurbaines.

La rentrée scolaire et universitaire s’annonce difficile dans l’accueil de nouveaux étudiants malgré la création récente de nouveaux établissements. Les enseignants, par conséquent, seront encore beaucoup moins nombreux. Les télécentres serviraient de point pour venir en appui à l’éducation de base. Le Ministère de l’éducation de base, le ministère des enseignements secondaire et le ministère de l’Enseignement Supérieur développent respectivement des structures provinciales pour amener les élèves et les étudiants à s’offrir l’école par l’Internet.

L’Université virtuelle du Cameroun et d’Afrique centrale est en gestation, et chaque université se dote désormais d’au moins un centre multimédia. L’Auf multiplie, elle aussi, des campus numériques au sein de ces universités. Des ordinateurs portables sont en prévision pour plus de 4000 élèves de l’éducation de base dont le programme d’enseignement par les TIC est validé en même temps qu’une formation de maîtres est envisagée cette année avec le concours de l’Unesco.

L’implantation des Télécentres constitue un véritable atout pour les petits Camerounais des campagnes qui verront, on l’espère vraiment, l’école arriver chez eux, avant 2015.


Mots-clés: Télécentres Territoire Pays Coopération Cameroun-Canada Plan Superficie Camerounais

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

  • Les cours
  • Les ressources d’apprentissage
  • Le dossier de la semaine
  • Les événements
  • Les technologies

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner à l'infolettre

Effectuez une demande d'extrait d'acte de naissance en ligne !

Ajouter à mes listes de lecture


Créer une liste de lecture

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !