Articles

Cameroun : De nouveaux textes pour la reconnaissance de la formation à distance.

Par Louis-Martin Essono , le 27 janvier 2002 | Dernière mise à jour de l'article le 12 décembre 2008

Au moment où les enseignants du secondaire expriment leur ras-le-bol par de sourdes manifestations relatives à leur statut particulier dont les textes d’application tardent à venir, alors que l’Etat vient de commander un recrutement massif, sur concours, des instituteurs qui rempliront les écoles de formation ouvertes dans chacun des départements pour accroître la campagne de massification de l’alphabétisation, le gouvernement camerounais vient de donner un coup de pouce pour le développement du système éducatif.

Il y a moins d’un an, le statut général de l’enseignant avait été défini, déterminant le profil de carrière de corps longtemps laissé aux oubliettes. Le 04 janvier dernier, le Président de la République a signé le Decret n° 2002/004 portant sur l’organisation du Ministre de l’Education Nationale. Ce texte vient ainsi assurer le cycle logique de la politique gouvernementale en matière de formation à distance.

On se rappelle que l’année dernière, c’est le Minesup le Ministère camerounais de l’Enseignement supérieur, qui avait franchi le Rubicon en créant un centre de formation à distance à l’Université de Dschang. L’action gouvernementale révolutionne le milieu éducatif national par les différentes structures créées au sein du nouveau Ministère, qui ne dispose pas encore lui-même de son propre site. Il en est ainsi, à l’Art. 8, de la création de plusieurs Inspections générales de pédagogies (IGP) qui assurent diverses missions pédagogique telles la définition et l’élaboration des programmes ainsi que des méthodes d’enseignement des différentes disciplines; le suivi, le contrôle, l’évaluation permanente des programmes, des enseignants, des manuels et matériels didactiques; les enquêtes d’ordre pédagogique auprès des Délégations Provinciales de l’Éducation Nationale et le suivi de la formation continue des enseignants, en liaison avec la Direction des Ressources Humaines. Les NTIC reçoivent également toute une IGP chargée de l’enseignement de l’informatique à tous les niveaux.

L’art. 10 procède à la création du Centre National d’Appui à l’action Pédagogique chargé :

  • de la définition des programmes de recherche pédagogique ;
  • de la promotion et de la diffusion des résultats de la recherche ;
  • de la définition des programmes de formation à distance des enseignants.

Ce Centre est animé par les Inspecteurs Pédagogiques Nationaux en service dans les IGP. Parallèlement, une cellule de l’informatique assurera outre la veille technologique en matière d’informatique, la conservation et la publication des données nécessaires à la prise des décisions stratégiques en matière d’éducation.

Il est important de noter que ces nouvelles structures trouvent heureusement un écho au niveau des délégations provinciales, notamment pour la formation à distance, la formation continue des enseignants. C’est du moins l’économie de l’Art. 107 qui stipule que les Inspections provinciales sont chargées de l’aide de la formation à distance des enseignants, de l’initiation à l’informatique à tous les niveaux.

La mise en application demeure le problème majeur. L’acquisition du matériel et sa conservation, l’électrification de tout le territoire, la couverture téléphonique, l’interconnexion satellitaire des régions, la formation des formateurs, la certification et la diplômation des formations reçues restent des problèmes à résoudre. Le Décret de 1988, réorganisant l’École normale supérieure, prévoyait déjà à l’époque la formation à distance des enseignants. Ce Décret attend toujours les textes d’application. Parions que l’Autorité camerounaise chargée de l’Éducation se hâtera lentement pour concrétiser ce beau texte

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné