Articles

En contexte d’ennui

Par Thot , le 13 novembre 2007 | Dernière mise à jour de l'article le 24 septembre 2008

Certains l’abhorrent ce temps de latence. Pour d’autres c’est un ami qui occasionne le cheminement de la pensée et aide à confirmer ses choix. C’est souvent une question de rythme et d’éventail de centres d’intérêt personnels. En contexte d’étude, provoquer l’ennui, c’est le pire qui puisse arriver. C’est rompre le fil. C’est perdre l’écoute. Tout comme le professeur interroge l’élève qui commence à s’endormir en classe pour rattraper son attention, il existe toute une panoplie de moyens qui (r)avivent l’intérêt à distance et dissipent le décalage des attentes. Ils sont simplement différents. Et s’y accoutumer commence très tôt et dans toutes les langues. Commencer tôt apporte bien des bénéfices. Une étude d’envergure montre que c’est au primaire que les technologies en ligne et en réseau s’implantent le mieux et sont intégrées par les enseignants. Elles ont de ce fait le meilleur impact. Et avec l’usage des outils de communication, les relations enseignants-élèves évoluent, sont plus individualisées, et les professeurs sont perçus comme des accompagnateurs, des soutiens voire des partenaires de projets. Compétence et confiance sont la base d’une construction solide de soi avec les autres. Il y a urgence en la demeure car le potentiel des technologies est beaucoup trop sous-exploité en éducation, alors qu’il se propage partout ailleurs dans les autres secteurs. Il est important de rendre intelligibles les enjeux des usages d’Internet pour les différents acteurs institutionnels et particulièrement pour les élèves pour qu’ils acquièrent les compétences nécessaires au XXIe siècle. Car une tendance lourde se dessine pour l’enseignement et la formation en masse : simplification, accessibilité universelle, diversité et économies. Les initiatives de manuels scolaires libres au secondaire induisent, par exemple, des centaines de millions d’économie pour les États. Elles favorisent également l’accès, la mise à jour, la distribution... C’est dépenser l’argent commun pour que tous en profitent. “Les bonnes choses ne devraient jamais s’arrêter” nous dit l’argument publicitaire de la course à la consommation. Mais c’est une monotonie qui semble bien pâle et illusoire en comparaison à la richesse des contrastes de la vie qui préserve la simplicité des contacts, l’accès à la connaissance et la prise en compte de la multiplicité des approches individuelles. Cette semaine dans Thot, stimulez votre vigilance, intérêt illimité assuré ! Fabriquer une brique de A à Z; orchestrer son propre ballet audiovisuel; gagner un million de dollars en étudiant les mathématiques; qu’en dit la philosophie ? À quoi jouent les enfants au juste ? Découper-monter-emballer une vidéo en ligne; pourquoi créons-nous des contenus de cours ennuyeux ? Les investissements scolaires judicieux finissent par rapporter. Bonnes découvertes, Martine JaudeauRédactrice en chef

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné