Articles

L'espagnol, locomotive de la baladodiffusion

Par Martine Dubreucq , le 15 septembre 2009 | Dernière mise à jour de l'article le 28 janvier 2010

Les premiers adeptes de la baladodiffusion en France sont des professeurs de langues et particulièrement les professeurs d'espagnol.


Ces enseignants enthousiastes, membres ou fondateurs de l'association Cyberlangues voient leurs pratiques plébiscitées, du moins dans les discours. Domingo Bayon-Lopez, responsable de Audio [email protected], un projet de baladodiffusion dans un lycée de Bordeaux s'appuie depuis quelques années déjà sur le baladeur numérique pour animer ses cours.


Le conseil général des Yvelines par exemple va doter huit classes de collège “ambition réussite” de baladeurs numériques en particulier pour les professeurs de langues : on espère que quelqu'un s'est posé la question de la maintenance du matériel, de la vérification de son utilisation.


Valérie Pécresse, ministre de l'Education nationale française annonce le développement du numérique dans les universités pour cette rentrée 2009-2010. Elle répond à sa façon à la question fondamentale de la formation et de la rémunération des enseignants qui vont être amenés à utiliser les podcasts. "Il s'agit de filmer les cours et de les mettre en ligne dans le cadre d'un intranet. Le podcast, c'est le polycopié du XXIe siècle. Cela change la relation pédagogique à l'enseignant. Cela change la nature du cours." Les profs vont-ils être formés aux podcasts ? " Non, ils sont par définition compétents puisque le podacst, c'est le cours filmé."
Oui, la Ministre l'a dit. On se demande en quoi le fait de mettre un cours filmé sur le site d'une université change la relation pédagogique et ne conforte pas tout au contraire le bon vieux cours magistral.


La plupart du temps dans le podcasting, seule la compréhension orale est entraînée: si l'on veut passer à la production et à l'expression, cela signifie plus de travail pour l’élève, et pour le professeur dans le cadre d'un projet pédagogique. Mettre en place une émission de radio, ou bien,  comme on le fait avec le projet PodCaz,  produire un fichier sonore personnel est un peu plus compliqué à organiser. La pratique s'est répandue dans quelques collèges et lycées, mais bien que les méthodologies soient parfaitement expliquées, comme ici pour l'anglais avec Stéphane Bussutil, professeur d'anglais connu des internautes pour ses didacticiels sur le son : « Encourager l’expression orale en classe de langue avec des baladeurs MP3 dictaphones » l'organisation de telles activités demande du temps :

  • pour expliquer aux élèves ou aux étudiants les procédures pour nommer et classer leurs enregistrements,     
  • pour mettre en place des grilles d'évaluation simples,     
  • pour évaluer les productions.

Stéphane Bussutil affirme que l'évaluation de fichiers sonores ne prend pas plus de temps que la correction de copies mais il semble bien téméraire de parier sur la généralisation de telles pratiques. La face technique de l'activité ne manquera pas de tempérer l'énergie des enseignants peu formés.


Ici comme ailleurs, aussi longtemps que l'on n'aura pas accompagné les professeurs sur des usages un peu plus délicats du point de vue méthodologique et technique, on ne retrouvera dans les pratiques du podcasting que ce que nous connaissons déjà. Exposer à la langue authentique est un premier pas, permettre aux étudiants de créer des documents sonores, de revenir sur leurs productions, et de les corriger est tout aussi important et il faudrait l'entendre.


A lire aussi sur Thot, au sujet du podcast : le podcast, pour permettre à chacun d'entendre ce qu'il pense

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné