Articles

Des réseaux africains pour améliorer l'enseignement agricole

Par Thot , le 06 décembre 2009 | Dernière mise à jour de l'article le 09 décembre 2009

Il est de secteurs névralgiques avec lesquels les populations cohabitent sans savoir qu’ils sont exploitables. L’agriculture est un domaine tellement traditionnel en Afrique que l’on s’en détourne facilement du fait que les résultats et les richesses qui en découlent ne sont pas visibles à leur juste mesure.

L’agriculture, pour la plupart des Africains, est réduite aux plantations avoisinantes en vue de la consommation domestique et de la vente au marché d’à-côté.Cette perception dévalorise un secteur d'activité alors que des institutions internationales accordent de l’importance à ce domaine. De nombreux réseaux tentent de revaloriser ce secteur et d'en explorer toutes les dimensions.

Polis, réseau international en éducation à l'environnement

Le portail peu connu dénommé Polis est un Réseau International en Éducation à l’Environnement créé en mai 1994, avec l’appui de la Fondation Charles-Léopold Mayer pour le Progrès de l’Homme. Ce réseau compte plus de 300 membres issus de plus de 60 pays et constitué d’organismes, publics et privés, d'enseignants, animateurs, chercheurs, journalistes, fonctionnaires, ingénieurs agronomes, urbanistes, étudiants, etc. appartenant à divers champs disciplinaires et professionnels.

Ces champs riches se concrétisent en des ressources pédagogiques et éducatives  utiles en salles de classe au moment où le monde entier semble prendre conscience de l'importance des activités pastorales et agricoles.

ANAFE, réseau pour l'éducation en agriculture

Le plus important est la conscientisation de l’Afrique sur ses propres richesses issues de la terre. Pour cultiver et bénéficier de ces richesses, la houe et le plantoir ne suffisent plus. Il faut aller à l’école rationaliser les pratiques agricoles pour extraire du sol les plus grands résultats. C’est l’objet del’ANAFE, le Réseau Africain pour l’Éducation de l’Agriculture, l’Agroforesterie et la Gestion des Ressources Naturelles. Le site est entièrement en anglais.

Ce réseau, créé en 1993 par 29 Universités et Écoles Supérieures d’Agriculture a pour objectif principal et initial d’incorporer les approches multidisciplinaires à l’enseignement de la gestion des terres à travers des modèles agroforestiers comme le stipulent les termes des missions qui lui sont assignées.

Il s’agit maintenant, dans le cadre de l’extension de ces missions, en liaison avec le Nepad, d’informer les institutions d’enseignement supérieur et les partenaires sur la stratégie et les programmes d’ANAFE pour 2010 – 2012 et de discuter des voies et moyens en vue de les rendre plus pertinents aux attentes des pays membres. Il faut davantage impliquer les universités  africaines dans la mise en œuvre du Programme Intégré de Développement de l’Agriculture en Afrique (CAADP) et l’utilisation des TIC dans l’enseignement de l’Agriculture en Afrique,  développé en 2002 par le Nepad pour faciliter la mise en œuvre des objectifs du Millénium pour le Développement.

Pour réaliser ces missions, plusieurs projets sont initiés  dans plusieurs parties de l’Afrique. Citons la SASACID, pour développer et améliorer la qualité de l’éducation agricole en Afrique, la Scarda pour le renforcement des capacités, de l’expertise et de la recherche agricoles en Afrique,la MRCI, qui vise le développement du secteur tertiaire et agricole en impliquant les ressources locales susceptibles de devenir des modèles locaux pour inciter les initiatives locales.

Un centre de ressources pédagogique gratuit et très fourni propose des données facilement utilisable par les chercheurs et les étudiants. Un guide curriculaire et agricole est aussi disponible et permet aux écoles d’agriculture, aux étudiants et aux enseignants d’avoir un modèle pour l’éducation aux métiers connexes de l’agriculture et l’agroforesterie.

Car aujourd’hui, on sait que l’agroforesterie constitue un élément important dans la conservation de l’environnement. A ce titre, il est intégré dans les enseignements sur le développement rural et dans les programmes des universités africaines ou des pays tempérés.

ANAFE soutient et développe aussi des études sur l’évaluation et produit des rapports généralement demandés en Agroforesterie que l’on enseigne en Afrique au sud du Sahara. Ce réseau siège actuellement à Nairobi au Kenya sous la houlette de Mme Yaye Aïssetou, le secrétaire exécutif.

Autant d'initiative qui encouragent les agriculteurs africains à relever la tête, à améliorer leurs pratiques, à s'unir pour mutualiser leurs connaissances et les transmettre aux jeunes générations.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné