Articles

Comment fournir la rétroaction aux apprenants (2/2)***

Par Denys Lamontagne , le 09 juin 2008 | Dernière mise à jour de l'article le 09 avril 2009

Suite de la partie 1

Will Thalheimer poursuit sa synthèse des recherches sur la rétroaction dans cette seconde partie de « Research Report on How to Give Learners Feedback». Pour chacun des points abordés, plusieurs recherches sont décrites et, de cette somme, on peut déduire les éléments clés des variations.

La rétroaction est offerte aux apprenants après qu’ils aient répondu à des questions, qu’ils aient pris des décisions ou effectué des actions et ceci de diverses façons.

D’après les recherches, fournir de la rétroaction après un apprentissage est beaucoup plus efficace sur la rétention que pas de rétroaction. La rétroaction est encore plus efficace si elle porte sur les mauvaises réponses.

Plusieurs recherches ont démontré que tester les apprenants après un apprentissage (leur fournir une occasion de retrouver ce qu’ils ont appris) mène à de meilleures performances que de simplement leur fournir plus de temps pour étudier.

Des occasions

Fournir plus de tests (à toutes les semaines, à tous les cours, à tous les chapitres) est meilleur que moins de tests, jusqu’à un certain point de rendement décroissant, seuil à déterminer selon les contextes et les sujets.

Si une personne a confiance en ses connaissances et ses réponses, la rétroaction sur une réponse correcte a peu d’effets sur la rétention alors que si elle doute de sa réponse, même si elle est bonne, la rétention sera améliorée avec de la rétroaction. Autrement dit, si la personne a bien étudié au départ, la rétroaction aura peu d’effet.

On gagnera quand même à fournir de la rétroaction sur les bonnes réponses si:

  • L’apprenant a des difficultés à répondre aux questions ou à prendre des décisions;
  • L’apprenant répond correctement, mais avec peu d’assurance;
  • Toute l’information apprise est de grande importance;
  • Le sujet est relativement nouveau pour les apprenants;
  • Les concepts sont très complexes.

C’est la rétroaction qui donne sa valeur à la pratique. Sans rétroaction, la pratique peut mener à la consolidation de mauvaises réponses. Une activité de pratique sans rétroaction est complètement inefficace.

Non seulement la rétroaction aide à corriger les erreurs, mais elle prépare les apprenants aux futures situations d’utilisation des données correctes.

De la rétroaction + une nouvelle pratique

Après avoir reçu une rétroaction, fournir une nouvelle occasion d’utiliser les données manquées permet de surmonter les effets négatifs d’une mauvaise réponse. Encore ici, l’occasion de retrouver les données est la clé. Ce peut être aussi simple que de permettre aux apprenants de poser une question additionnelle.

Ne pas fournir de rétroaction avant qu’une situation ou un problème ne soit analysé ne veut pas dire de ne jamais donner de rétroaction si une question n’est pas répondue; quand les concepts sont complexes, il peut-être bénéfique d’avoir une réponse correcte comme modèle.

Délai de rétroaction

Sommairement, un certain délai de rétroaction est bénéfique, spécialement pour la rétention à long terme.

La rétroaction sur les réponses incorrectes profite d’un délai de rétroaction; on le constate aussi bien d’après les résultats d’un test de rétention à court terme qu’à long terme.

Une rétroaction reportée dans le temps est le plus souvent bénéfique, mais la durée optimale de ce report peut dépendre de plusieurs facteurs et ne peut être trop étirée. Autour d’une journée semble être l’optimal, plus de trois jours, la diminution d’efficacité devient importante.

Par ailleurs, les apprenants ont toujours la possibilité de se donner eux-mêmes la rétroaction dont ils ont besoin en retournant consulter les références nécessaires. D’où une certaine perte d’efficacité de la rétroaction mesurée si la rétroaction est trop reportée : le groupe de comparaison ne demeure pas les bras croisés.

Enfin, dans certains cas la rétroaction immédiate prévient la confusion et limite la probabilité de continuer une pratique inappropriée.

Dans le doute à propos du délai de rétroaction, on peut :

  • donner une rétroaction immédiate et ensuite une occasion de rappel des données reportée plus tard,
  • reporter un peu la rétroaction et / ou
  • juste être certain de donner une rétroaction d’une sorte ou d’une autre.

Regroupement de rétroaction

Dans plusieurs cas, le fait de fournir un sommaire de rétroaction à la fin d’une série de pratiques plutôt que sur chaque essai est plus efficace. Ce qui rejoint la pratique de plusieurs méthodes d’enseignement.

Également, fournir de la rétroaction uniquement quand la performance des apprenants s’écarte trop d’un certain niveau est également bénéfique et bien documenté tout comme il est préférable de fournir la rétroaction à la fin d’une pratique plutôt que pendant.

Des données objectives et la confiance en soi

Plusieurs recherches démontrent clairement que la rétroaction quantitative est beaucoup plus efficace que la rétroaction qualitative, excepté quand les apprenants ne sont qu’au début de leur apprentissage. Plus la rétroaction est précise, meilleur c’est, jusqu’au point ou l’apprenant ne peut plus percevoir les distinctions.

Bâtir la confiance en soi est le but ultime de l’apprentissage : plus une personne aura confiance en ses capacités à retrouver l’information qu’elle a apprise, plus elle sera capable de le faire avec succès dans le futur. La façon de livrer la rétroaction ne doit pas attaquer la confiance de la personne, d’où l’avantage des données objectives. Une personne ne se sentira pas invalidée par des jugements teintés d’arbitraires.

Un peu d’attention SVP

Même la meilleure rétroaction du monde ne vaut pas un sou si on n’y porte pas attention. Aussi toutes sortes de stratégies peuvent être utilisées. Les meilleures utilisent les propres données des étudiants.

Si la rétroaction brève est appropriée lors d’une pratique de rappel des données, de la rétroaction élaborée sera mieux appréciée lorsque l’apprenant construit sa compréhension et de ce fait méritera de l’attention.

La rétroaction peut guider l’attention vers certains points aux dépends d’autres. De plus, si la rétroaction est teintée de jugement, l’apprenant pourra chercher à plaire ou avoir l’air bon plutôt que de s’occuper à construire une compréhension ramifiée.

Plus de détails dans le document original : Research Report on How to Give Learners Feedback - part IIPar Will Thalheimer - Work-Learning Research

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné