Articles

Plates-formes de formation à distance : un peu de douceur et de convivialité, s'il-vous-plaît !

Par Martine Dubreucq , le 01 juillet 2010 | Dernière mise à jour de l'article le 16 juillet 2011

Les plates-formes de formation en ligne évoluent, nous dit-on, vers plus de simplicité et de souplesse mais sont-elles agréables à vivre ? Il faut bien avouer que nombre d'entre elles sont encore des espaces de stockage qui présentent des interfaces austères, compartimentés d'une façon rigide, affichant lourdement leur machinerie et une certaine logique de gestion administrative.

Ces espaces d'apprentissage manquent soit de chaleur, soit de fraicheur ou de fantaisie selon l'humeur et la saison : un peu de créativité ne nuirait pas pour accueillir et faire revenir les étudiants.

Pourquoi les "hubs" devraient-ils manquer d'humanité ?

On oppose régulièrement les "petites" plateformes et les "grosses". Les petites solutions sont bricolées au plus près de publics ciblés, ce sont des plates-formes sur mesure, amoureusement peaufinées au fil de l'expérience par des équipes de techniciens informatiques et de pédagogues travaillant en étroite collaboration .
Les grands dispositifs industriels sont conçus pour de larges utilisations et des besoins souvent sur-dimentionnés.
Le « small is beautiful » et le « do it yourself » manquent peut-être de sérieux, de robustesse et de pérennité lorsqu'on envisage des solutions de formation à distance à grande échelle (bien que cela reste à prouver)  mais ces approches modestes et locales ont le mérite de montrer ce qui pourrait réellement rendre légère et  conviviale une expérience d'apprentissage pour le plus grand nombre.

Sur internet il existe indéniablement un esprit des lieux, n'importe quel bon graphiste ou designer vous le dira et les sites les plus fréquentés l'ont compris depuis longtemps. Comment se fait-il que l'éducation reste relativement à l'écart d'un tel constat et que bon nombre de portails de la formation soient si pauvres en imagination visuelle et en conception d'univers accueillants ?

Un supplément d'âme, un grain de folie

Il ne suffit pas de bien fonctionner, de proposer les bons outils, de donner accès à un savoir et à une communauté, il faut aussi inspirer, reposer, détendre, faire plaisir, amuser, bref tout ce qu'on fait lorsqu'on accueille un ami chez soi.

La forme, l'esthétique conditionnent la qualité de ce qui va s'échanger. Un esprit littéraire en est profondément convaincu depuis toujours et c'est donc le témoignage de Sergio Poli, Professeur à la Faculté de Langues et de Littérature de Gênes que nous avons retenu,  lors des journées du e-learning à Lyon le 24 et 25 juin 2010 qui portaient sur l'évolution des plate-formes de formation en ligne en relation avec les questions d'ordre juridique.

Sergio Poli a présenté la plate-forme des [email protected], entièrement  à distance, qui réunit des étudiants pendant 25 semaines pour des cours de spécialisation en traduction (juridique et économique).

Face à la double difficulté de la distance complète et de l'hétérogénéité importante des étudiants (culturelle, linguistique, professionnelle), l'équipe de l'université de Gènes s'est fortement organisée autour d'un échéancier rigoureux des activités, de protocoles de travail alternant travail collaboratif et tâches individuelles.

Un fort encadrement s'avérait nécessaire pour veiller aux changements de rôles dans le travail collaboratif et pour assurer un tutorat « proactif ». Pour stimuler et maintenir la motivation dans cette communauté, on a veillé à créer le plus grandnombre possible d'éléments ludiques, associés à un scénario d'apprentissage original :  la Direction Générale des Affaires juridiques du Conseil de l’Europe propose un appel d’offre aux bureaux de traduction et commande une série de traduction. Les étudiants, en petits groupes simulent la réponse de "vrais" bureaux de traduction et doivent donc défendre aussi bien leur identité que la qualité de leurs produits. 

La place du design

Les scénarios pédagogiques se sont construits en même temps que le décor, et il semble que le concepteur de la plate-forme Deneb.pro, Simone Torsani (lui-même ancien étudiant à la faculté de langues et littérature), ait joué un rôle important dans le projet parce qu'il l'a expérimenté de l'intérieur et qu'il a, au fil des années, observé les usages et retenu ce qui favorisait l'apprentissage. Il le dit fort bien dans un article didactique qui explore deux types d'approche en ligne, une approche cognitive en autoformation et une approche socioculturelle  : Deux modèles d’interaction dans le développement d’environnements d’apprentissage linguistique en réseau

« La plate-forme doit rendre agréable, à notre avis, l’ ”être ensemble à distance” » .

Les moyens ? Outre un graphisme aux couleurs vives, aux formes douces, la métaphore du temps est développée par le changement de style de page selon l'heure du jour, « le but étant de donner une “profondeur” chronologique au travail sur l’outil, en faisant levier sur l’utilisation émotive de la couleur ». L'idée d'un espace de relaxation extra-travail s'inspirant d'une série télévisée « Caméra Café » a eu beaucoup de succès également ( toutes les présentations de la simulation, en diaporamas et en sites web, sont accrochées au mur du “Neon Café”).

Sergio Poli parle d'une fonction de la plate-forme qui est assez négligée d'ordinaire : «offrir une ambiance, la sensation d'une présence amicale ».

L'outil a ici une valeur psychologique, esthétique et contextuelle et joue un rôle fondamental dans la fidélisation des apprenants. Sergio Poli a en effet insisté sur le fait que, malgré la charge de travail importante, surtout pour des apprenants en cours d'emploi, aucun n'avait abandonné son cursus en cours de route. Résultat à comparer aux 50 %, et plus, d'abandons fréquemment constatés en FAD...

Et la conclusion, magnifique, appartient à Simone Torzani :
« Par conséquent, ce n’est pas toujours l’outil parfait qui fonctionne le mieux mais, peut-être, celui qui est construit jour après jour et qui n’est jamais accompli ».

Article pour le colloque Epal à Grenoble en 2007 : DEVELOPPER LA DIMENSION SOCIALE DANS UN MASTER POST-UNIVERSITAIRE A DISTANCE: OUTILS, ANIMATION ET ANALYSE DES INTERACTIONS

 

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné