Articles

VAE : le rôle fondamental de l'accompagnement

Par Christine Vaufrey B , le 23 juin 2009

La VAE (Validation des Acquis de l'Expérience) est un dispositif français qui permet la reconnaissance des compétences acquises dans le cadre de l'expérience professionnelle ou extra-professionnelle, en vue d'obtenir un titre professionnel ou un diplôme d'université.

En dépit de son intérêt indéniable, le dispositif VAE peine à monter en puissance. Ainsi, l'Etat (initiateur du dispositif) tablait sur 60 000 certifications par an; il n'en a été délivré que 30 000 en 2007 (derniers chiffres connus). Alors que l'état français estime que la VAE est en capacité de répondre aux besoins de certification de six millions d'actifs !

Un dispositif long et complexe, inadapté à ceux qui en ont le plus besoin

Si les conditions d'accès à la VAE sont peu contraignantes (justifier de trois années d'expérience professionnelle ou extra-professionnelle en relation avec la certification visée, sans condition de statut ou de niveau scolaire), le parcours lui-même ressemble à un parcours du combattant.

Le parcours est en effet long (souvent près de deux ans), les acteurs sont nombreux, les preuves doivent toujours être apportées par écrit, dans un dossier très fouillé qui constitue tout ou partie du support de validation (une mise en situation pratique complétant le dispositif pour les métiers artisanaux et manuels), ce qui décourage une large part des candidats et, en particulier, les moins qualifiés d'entre eux.

En effet, tous les rapports s'accordent à dire qu'en matière de VAE comme dans tous les dispositifs de formation professionnelle continue, "la formation va aux formés", c'est à dire aux plus autonomes parmi les candidats, de surcroît à l'aise avec les tâches intellectuelles et la rédaction. 

Ainsi, les VAE universitaires ont-elles concernés, à hauteur de 49 %, l'obtention d'un Master; et plus de 50 % des candidats à la VAE universitaires en 2007 étaient des cadres, contre 1 % d'ouvriers.

Sur le champ des titres et certifications professionnels, le constat est différent : 40 % des candidats (en 2006) ont cherché à obtenir un titre de niveau V (premier niveau de qualification professionnelle, soit quatre années d'études secondaires et deux années d'enseignement professionnel). Mais 35 % de ces candidats ont abandonné en cours de procédure...

Tutorat et accompagnement : ça ne vous rappelle rien ?

Face à un dispositif long et complexe, toutes les études et évaluations soulignent l'impérative nécessité de mieux accompagner les candidats et, en particulier, les plus fragiles d'entre eux. Certes, des actions d'accompagnement existent déjà, mais elles sont optionnelles et payantes. Nombre de candidats, y compris de bas niveau de qualification, n'en bénéficient pas et ne les demandent même pas, sous-estimant la complexité de la démarche dans laquelle ils se sont engagés.

Les organismes en charge de la formation des personnes faiblement qualifiées, leus organismes certificateurs et les employeurs doivent donc adopter une attitude proactive et intégrer pleinement l'action d'accompagnement à leurs propositions de VAE destinées aux publics dits en difficultés.

On fera ici un parallèle avec la FAD : non accompagné, l'apprenant à distance court de forts risques d'abandonner son parcours... Surtout s'il n'est pas familier de ce dispositif de distribution de la formation. Or, la poursuite d'une formation à distance et l'entrée dans un parcours de VAE sont souvent les seules solutions qui s'offrent aux candidats. Si nous souhaitons les voir réussir et donc, justifier de la pertinence de nos dispositifs (et partant, de leur financement...), il nous faut les accompagner.

Mais comment faire ? N'y aurait-il pas la possibilité de mutualiser les expériences et bonnes pratiques, entre organismes accompagnateurs, pour identifier les points clés de la démarche d'accompagnement ? C'est ce qu'a fait la Région Rhône-Alpes, qui vient de publier "VAE et Insertion, le Guide méthodologique". Après une présentation du dispositif VAE, on y trouvera une démarche en trois étapes :

  • Repérer des candidats potentiels et assurer un premier niveau d'information;
  • Mettre en place un tutorat;
  • Prévoir les modalités d'accompagnement.

Le tutorat et l'accompagnement sont détaillés selon les axes suivants :

  • Le tuteur propose une assistance tout au long du parcours de VAE et établit une coordination entre tous les (nombreux) acteurs.
  • L'accompagnement s'effectue au travers d'entretiens en face à face, sur un nombre d'heures qui va croissant à l'inverse du niveau de qualification du demandeur : moins la personne est qualifiée, plus elle aura besoin d'heures d'accompagnement.
  • L'accompagnement peut également se concrétiser au travers de modules de formation, notamment de formation à la rédaction.

Il est également recommandé d'élaborer des supports plus simples que ceux qui sont fournis par les autorités, tant pour informer le candidat potentiel que pour qu'il rende compte de ses expériences significatives. 

Faire grandir le sentiment d'efficacité personnelle

Le Guide méthodologique s'achève sur le récit de différentes expériences de projets de VAE individuels ou collectifs menés avec des personnes en insertion; on retiendra de ces récits que si tous les candidats n'ont pas obtenu leur diplôme, tous ont pris du recul vis à vis de leurs expériences antérieures, se sont engagés dans une dynamique de projet et ont consolidé leur position professionnelle. Ces expériences soulignent avec force le rôle du tuteur et des mesures d'accompagnement mises en place, adaptées aux personnes, qui leur ont rendu confiance en elles-mêmes et ont démystifié la démarche qui aboutit pour nombre d'entre elles au premier examen de leur vie... Quelques témoignages anonymes placés en début du Guide permettent de mesurer l'importance d'une telle démarche pour les publics faiblement qualifiés : "A 47 ans, j'ai mon premier diplôme. J'ai appelé mon fils de 16 ans pour lui annoncer la nouvelle". "Aujourd'hui quand je passe un entretien je suis plus sûre de moi. La démarche m'a permis de me rendre compte du chemin parcouru et de prendre du recul sur ma situation. Si aujourd'hui j'en suis là c'est grâce à moi et à personnne d'autre". 

Là encore, le parallèle avec la situation de l'apprenant engagé dans un parcours de formation à distance est aisé : se former, aller jusqu'au bout, soutenir les autres et être soutenu quand les certitudes s'envolent, c'est renforcer sa confiance en soi, accroître son sentiment d'efficacité personnelle et finalement, être mieux armé pour la vie.

Je terminerai par les paroles d'un de mes stagiaires, qui avait découvert en cours quelques outils de recherche avancée sur la toile. Constatant l'efficacité accrue de ses recherches dans le maquis du web, il s'est tourné vers moi avec un large sourire et a dit : "je me sens puissant". Chercher, trouver, expérimenter, construire, formaliser, prouver : autant d'étapes clés dans le parcours de formation tout au long de la vie. Les tuteurs des dispositifs VAE et les tuteurs de formation à distance ont un métier formidable.  

Valoriser l'acquis de l'expérience : une évaluation du dispositif de VAE. Rapport d'Eric Besson remis au Premier Ministre, sept 2008. Téléchargeable en pdf.

VAE et insertion, le Guide méthodologique. PRAO - Région Rhône-Alpes, mai 2008, à télécharger en pdf.

Des candidats inégalement soutenus dans leur démarche de VAE, Bref du Cereq n° 263, avril 2009, à télécharger en pdf.

La validation des acquis dans l'enseignement supérieur en 2007, à télécharger en pdf.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné