Articles

Décrocher un emploi autrement : le recrutement sans CV

Par Audrey De Santis , le 07 juin 2010 | Dernière mise à jour de l'article le 08 juin 2010

CV

La fin de l'année scolaire arrive, avec son lot d'examens et de diplômes et tout de suite derrière surgit la question du recrutement. L'habitude veut que les étudiants envoient des montagnes de CV à des entreprises pas toujours bien ciblées ni vraiment désirées, car les carcans de la recherche d'emploi poussent à viser uniquement les postes pour lesquels on s'estime "assez diplômé". Les employeurs préférant souvent en outre des étudiants "sur-compétents", polyglotes, technophiles, cultivés, quelles que soient les compétences nécessaires pour un poste.

Depuis 2008, l'Apec (Association pour l'emploi des cadres) teste le recrutement sans CV, une nouvelle méthode qui existe depuis 1995, notamment dans le service public de l'emploi, mais qui était restée sur le banc de touche à l'Apec faute de recruteurs assez courageux pour la mettre en oeuvre.

Élargir l'éventail des postulants et des compétences

L'avantage majeur du recrutement sans CV est qu'il permet à tout-un-chacun sans discrimination aucune de postuler librement. Pas de pression due au manque de tel ou tel diplôme, brevet ou stage, le recrutement est fondé de façon claire sur la motivation, les aptitudes au poste et les compétences générales d'une personne. Une façon par exemple de donner une chance à des personnes expérimentées dans des domaines différents. Une façon aussi de mettre en exergue des qualités humaines pas facilement visibles sur un CV : implication, adaptabilité, débrouillardise, esprit futé, etc. Le champ des possibles s'élargit d'autant plus. Une aubaine pour certains secteurs (comme la grande distribution) qui peinent dans leurs campagnes de recrutement faute de savoir repérer les profils les plus pertinents.

45 minutes pour convaincre

Concrètement, pour les annonces concernées, l'Apec propose un questionnaire en ligne composé de 15 à 30 items conçus avec l'entreprise. Le candidat dispose de 45 minutes pour répondre et convaincre de sa motivation réelle pour le poste et de ses compétences en rapport. Le CV n'est pas évoqué directement, laissant libre choix au postulant de se défendre et de se "vendre" un peu lors des entretiens suivant le questionnaire. Et aussi libre choix au recruteur d'approfondir les compétences visées et qui sont ressorties des réponses aux questions. Le CV sera consulté uniquement après le lancement d'une procédure d'embauche, pour évaluer le potentiel du candidat.
Les moins motivés n'iront pas au bout du questionnaire, en se rendant compte que le job ne leur plait pas plus que ça. Une façon intelligente d'enrayer cette "maladie" des chercheurs d'emploi d'envoyer leurs CV à toutes les entreprises qui recrutent, sans discernement ni réflexion.
Cette méthode permet aussi selon l'Apec "d'optimiser l'anonymat" puisque le questionnaire en ligne est accessible par le biais d'un login et non par fiche d'identité usuellement présente en tête de CV (nom, adresse, courriel, date de naissance, etc.).

En France, Auchan a ouvert le marché des "testeurs"

DanoneRegusMonoprix mais en tout premier Auchan, ont testé cette technique originale. La chaine de magasins de grande distribution cherchait à recruter des chefs de rayon et a donc mis en place un questionnaire en 2009 en collaboration avec l'Apec. Plus de 4000 connexions, environ 1300 embauches, 200 candidats retenus et 10 embauchés[1]. Une sélection plutôt rude mais une stratégie efficace et positive, à la fois pour Auchan qui a pu diversifier les profils recrutés, et pour quantité de postulants qui, faute d'expérience dans le domaine, n'auraient jamais tenté le coup dans une procédure de recrutement traditionnelle.

On espère voir se multiplier les entreprises "testeuses" mais aussi s'étendre cette stratégie qui, pour le moment, concrne uniquement la région parisienne. 2010 semble aller dans cette voie puisqu'Auchan pense à recruter 15 à 20 managers de rayon par ce biais cette année, dans toute la France.

Illustrations : © herreneck / Fotolia -- © alphaspirit / Fotolia


  1. Source Les Échos

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné