Articles

La correspondance scolaire à l'heure d'Internet

Par Christine Vaufrey B , le 20 janvier 2009 | Dernière mise à jour de l'article le 27 septembre 2012

Sur Cap Canal, télévision au service de l’éducation créée par la ville de Lyon, on trouvera une émission dédiée à la pratique de la correspondance scolaire dans les classes du primaire. Cette émission est composée d’un débat entre spécialistes et praticiens de l’éducation, d’un reportage et enfin du témoignage d’une personne extérieure au monde éducatif. Le tout est animé par Philippe Meirieu, pédagogue, enseignant universitaire et directeur pédagogique de Cap Canal.

La correspondance scolaire existe depuis fort longtemps. Cette activité pédagogique a été formalisée et diffusée par Célestin Freinet, une figure majeure de la pédagogie du XXe siècle, à l’origine du mouvement de l’Institut Coopératif de l'Ecole Moderne (ICEM).

Une pratique emblématique des pédagogies nouvelles

Freinet était instituteur. Traumatisé par la première guerre mondiale, pendant laquelle il fut gravement blessé, il n’eut de cesse dans son activité d’enseignant de promouvoir une philosophie humaniste.

En classe, Freinet privilégiait les tâches pratiques et finalisées qui donnaient du sens aux apprentissages, et la coopération entre élèves. Ainsi, la correspondance scolaire permettait-elle de faire sortir leurs textes du cahier (et donc de la seule évaluation formulée par le maître) et en même temps de s’engager dans une relation personnelle avec d’autres enfants.

Cette pratique de la correspondance scolaire continue d’avoir les faveurs des enseignants, principalement à l’école élémentaire, mais aussi à l’école secondaire.

Une expérience pédagogique et humaine qui donne du sens aux apprentissages

Le reportage intégré à l’émission détaille le projet de correspondance scolaire qui s’est déroulé entre une école de Lyon et une école située en périphérie de Ouagadougou, au Burkina Faso. Comme le dit la journaliste s’entretenant avec P. Meirieu, il s’agit d’une expérience « très complète », dans laquelle intervient la rencontre, la coopération pour résoudre un mystère, l’apprentissage linguistique, et une connaissance améliorée de soi et son propre environnement. Car en effet, l’on n’apprend jamais aussi bien ce que l’on est et où l’on vit que lorsqu’on doit le présenter à d’autres. De plus, l’expérience présentée montre l'utilisation de nombreux outils de communication, allant du dessin envoyé par la poste au dialogue direct avec webcam. 

Courriel ET papier à lettres

Les TIC ont en effet relancé l’engouement pour la correspondance scolaire, grâce au courriel. Mais tous les intervenants à l’émission s’accordent à dire qu’il ne faut pas que l’intérêt technologique prenne le pas sur l’intérêt humain et linguistique. Sur ce dernier point en particulier, il a beaucoup été question de l’intérêt de l’écrit pour apprendre à penser, à structurer ses idées, et à s’inscrire dans un temps plus long que celui de l’instantanéité de l’oral.

L’écrit se métamorphose aujourd’hui. Sous la pression des technologies, il s’oralise et devient quasiment instantané. Il convient d’en prendre acte et de ne pas négliger pour autant l’écrit structuré, la clarté et la correction dans l’expression demeurant des signes de respect et d’attention portés au lecteur. Les enfants présentés dans le reportage semblent bien en être convaincus, sans qu’il ait été nécessaire de le leur dire : leurs courriers sont de véritables objets précieux, et ils sont porteurs de toute l’envie de rencontre et d’amitié de leurs auteurs.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné