Articles

Afrique centrale et orientale : la fibre optique annoncée***

Par Louis-Martin Essono , le 07 août 2007 | Dernière mise à jour de l'article le 22 octobre 2008

La fibre optique qui relève du projet Ranscom parcourt déjà, par la mer, plusieurs pays africains (Bénin, Sénégal, Cameroun, Gabon, etc.) pour atteindre l’Europe méridionale. Parallèlement, avec l’aide de la Chine, le Nigéria vient de mettre sur pied un satellite qui facilitera les télécommunications en connexion avec les pays de la Cemac, Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale.

Les problèmes de développement par l’intermédiaire des nouvelles technologies, l’accroissement de l’éducation et de la santé amènent de plus en plus les Etats à se regrouper pour la réalisation de ces objectifs. C’est probablement, entre autres, l’une des raisons pour lesquelles, annonçait il y a quelques semaines la revue Webmanagercenter, la Namibie, le Botswana et l’Angola projetaient la connexion des trois pays par câble de fibre optique marin du système SAT-3, vers la fin 2009. Mais l’harmonisation des politiques des Tic des pays de l’Afrique de l’Est retarde considérablement le projet comme l’attestent ces articles du Science and Development Network .

De nombreux autres états s’intéressent au projet du câble sous-marin qui reliera toute la Côte Ouest et Sud de l’Afrique, projet auquel va s’implique le Nepad qui annonce d’ailleurs pour bientôt une rencontre entre plusieurs bailleurs.

La formation en ligne, le télé-enseignement, le développement durable dépendent, on le reconnaît aujourd’hui, de l’état des télécommunications. Selon le Népad, l’arrivée de ce câble facilitera et réduira les coûts de communications en application des résolutions de Kigali. La plupart des pays au sud du Sahara croupissent dans toutes sortes de misères y compris surtout l’analphabétisme dont le taux minimal avoisine, dans certains pays, près de 70%.

Si la réalisation de ce projet s’effectuait, le Népad ferait alors obtenir les service aux universités, au fournisseurs d’accès Internet, et opérateurs nationaux des télécommunications à des prix promotionnels. Mais des réserves sont nombreuses. Les pays disposant de ces infrastructures n’ont pas baissé les coûts de communication, les écoles ne sont pas connectées, toutes les zones territoriales ne sont pas couvertes. Ces réserves peuvent se lire en anglais sur Scidev et, pour l’utilisation du câble en général, sur Scholars call communications cable access .

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné