Articles

L'apprentissage mobile en Afrique : c'est déjà demain

Par Tété Enyon Guemadji-Gbedemah , le 22 mai 2010 | Dernière mise à jour de l'article le 20 septembre 2011

De tous les outils technologiques nouveaux, le téléphone portable est celui qui a le plus vite conquis l'Afrique. Pour plusieurs raisons : il est peu coûteux, facile à utiliser et disponible même dans les contrées plus reculées, sans alimentation électrique. Quant aux analphabètes, ils peuvent toujours se faire indiquer la procédure pour recevoir un appel – une touche sur laquelle appuyer – et se faire aider pour en émettre. Surfant sur la vague de cette propagation de la téléphonie mobile, quelques initiatives éducatives en m-learning ont vu le jour sur le continent. Sur Thot Cursus, nous vous avons déjà parlé de Wapeduc au Sénégal. En voici deux autres.

Apprendre tout en cheminant

La première nous vient du Niger et est dénommée IMAC pour Information sur les Marchés Agricoles par Cellulaire. Cette initiative est le fruit d'une étude menée au lendemain de la crise alimentaire de 2005 dans ce pays, par la Fletcher School de Tufts University (Etats-Unis) et Catholic Relief Services. Dans la pratique, le projet a bénéficié de l'appui de Frontline SMS, dont la plate-forme technologie a été présenté dans un article de Thot Cursus.

Ousseini Sountalma, l'un des acteurs, explique le contexte : « les producteurs parcourent parfois des kilomètres avec leur sac de mil ou autre produit agricole sans avoir l’assurance que le prix de vente va être satisfaisant pour eux. S’ils ne vendent pas leurs produits, certains, qui ont dépensé l’équivalent de 5 $ pour aller et revenir du marché, en sont pour leurs frais, tout simplement parce qu’ils n’ont pas accès aux cours du marché en amont. »

IMAC résout ce problème et permet aux utilisateurs de s'enquérir à partir de leur téléphone portable, dans quatre langues, du prix "bord champ" et du prix du marché des produits agricoles. L'initiative IMAC est elle-même l'une des composantes du projet Alphabétisation de base par cellulaire (ABC) dont les participants bénéficient d’un cycle de formation de deux ans qui comprend cinq à six mois de cours intensifs dans les 280 centres de formation miss en place dans 140 villages. Ces cours sont relayés via les téléphones portables.

Des groupes de cinq apprenants ont été constitués et se partagent un téléphone « Chaque téléphone est équipé d’un module de formation qui reprend les règles de grammaire et de conjugaison ainsi que les mots de vocabulaire. Les modules sont déclinés en Haoussa et en Zarma, les langues locales du Niger. Certaines personnes partent en brousse avec leur portable et apprennent tout en cheminant » confie Ousseini.

IMAC et ABC ont été présentées à la conférence eLearning Africa en mai 2010 à Lusaka en Zambie.

Lire et écrire un roman sur cellulaire

Dans la même veine, l'initiative m4Lit « mobile phones for literacy » (des téléphones portables pour lire et écrire) lancée en Afrique du Sud par la Shuttleworth Foundation a été aussi présentée à eLearning Africa 2010. M4lit attaque de front un autre problème, celui du manque de livres.

« En 2006, la moitié des ménages du pays ne possédait pas un seul livre à lire pendant leurs loisirs. Les livres étaient une denrée rare dans les écoles et les foyers. Mais les adolescents d’Afrique du Sud ont des téléphones portables. En zone urbaine, ils sont quatre-vingt-dix pour cent à en posséder un. »

Kontax a été le premier roman sur mobile (m-novel) publié dans le cadre de ce projet. Des auteurs professionnels, des webdesigners et des chercheurs de l'Université du Cap ont travaillé à sa publication. Le projet n'est pas achevé mais les initiateurs se réjouissent déjà des premiers résultats.

« Au cours des trois premiers mois de publication, plus de 7 000 ados ont lu l’histoire sur leur téléphone. Le nombre de lecteurs s’est globalement élevé à 17 000. Trois cents commentaires ont été postés en ligne, et, suite à l’annonce d’un concours pour imaginer la suite de l’histoire, on a enregistré 1 500 participations ».

Pour conclure, le témoignage d'un lecteur de m-novel : « C’est génial. C’est vraiment dur pour moi de prendre un livre et de le lire, par contre ça ne me pose aucun problème de lire sur mon téléphone ».

 

Voir :

Les téléphones portables au service de l'alphabétisation et de l'accès à l'information sur les prix au Niger

Raconter une histoire aux ados d’Afrique du Sud via leur téléphone portable

Crédits photo :

  1. Avec l'aimable autorisation de Joshua Haynes
  2. Ken Banks, flickr, licence CC.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné