Articles

Moderniser l’éducation et la formation en Europe***

Par Martine Jaudeau , le 21 novembre 2005 | Dernière mise à jour de l'article le 12 décembre 2008

Le Projet de rapport d’avancement conjoint 2006 du Conseil et de la Commission européenne sur la mise en oeuvre du programme de travail « Éducation et formation 2010 » dresse, pour la première fois, un panorama des progrès accomplis sur la voie de la modernisation des systèmes d’éducation et de formation en Europe, préconisée lors du sommet de Lisbonne.

L’analyse repose essentiellement sur les rapports nationaux 2005 des États membres, des pays de l’AELE/EEE, ainsi que des pays adhérents et candidats.

Elle montre dans quelle mesure les réformes entreprises contribuent aux domaines d’action prioritaires définis par le rapport intermédiaire conjoint 2004.

Quelques extraits :

Environ 10% des adultes âgés de 25 à 64 ans, dans l’Union européenne, participent à l’éducation et la formation tout au long de la vie, ce qui représente une progression par rapport à 2000. Ce pourcentage varie considérablement d’un pays à l’autre.

Aujourd’hui encore, près de 16% des jeunes quittent prématurément l’école dans l’Union européenne, ce qui ne constitue qu’une très légère amélioration par rapport au niveau de référence (benchmark) de 10% à atteindre par l’Union européenne d’ici 2010.

Près de 20% des jeunes âgés de 15 ans ont une maîtrise insuffisante de la lecture, ce qui ne fait apparaître aucune amélioration depuis 2000 par rapport à l’objectif assigné à l’UE, consistant à réduire la proportion d’un cinquième.

77% des jeunes âgés de 18 à 24 ans achèvent l’enseignement secondaire supérieur. On est donc encore loin du niveau de référence (benchmark) de 85% à atteindre par l’Union européenne, en dépit de nets progrès dans certains pays.

Les investissements totaux (publics et privés) que l’Union européenne a consacrés à l’enseignement supérieur en 2001 s’élèvent à 1,28% du PIB, contre 2,5% au Canada et 3,25% aux États-Unis. Les trois États membres de l’Union qui effectuent les dépenses les plus élevées dans ce domaine sont le Danemark (2,8%), la Suède (2,3%) et la Finlande (2,1%). Pour combler l’écart de dépenses par rapport aux États-Unis, l’Union devrait dégager 150 milliards d’euros supplémentaires par an, en obtenant notamment des investissements nettement supérieurs du secteur privé.

Entre 1995 et 2000, les dépenses publiques d’éducation en pourcentage du PIB ont légèrement diminué au sein de l’UE17. Depuis 2000, toutefois, la tendance est à nouveau à la hausse au niveau de l’Union mais aussi dans la plupart des États membres. Les données disponibles montrent toutefois d’importantes variations dans les niveaux des dépenses entre pays. Le Danemark et la Suède dépensent plus de 7,5% de leur PIB pour l’éducation (France 5,8%), alors que certains États membres y consacrent moins de 4% (toutefois les dépenses sont en augmentation dans ces pays).

Table des matières :

  1. Introduction
  2. Progrès dans la mise en oeuvre du programme de travail « Éducation et formation 2010
    • À l’échelon national : les réformes vont dans la bonne direction
    • À l’échelon européen : améliorer la gouvernance du programme de travail « Éducation et formation 2010 »
  3. Conclusion : accélérer le rythme des réformes pour assurer une contribution plus efficace à la stratégie de Lisbonne et au renforcement du modèle social européen
    • Les questions d’équité et de gouvernance méritent une attention particulière dans le contexte des réformes
    • Renforcer la mise en oeuvre du programme de travail « Éducation et formation 2010 »
  4. Annexe statistique

Moderniser l’éducation et la formation : une contribution essentielle à la prospérité et à la cohésion sociale en Europe, (format .pdf, 28 pages), sur elearningeuropa.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné