Articles

De l'importance d'un bel emballage pour l'information

Par Audrey De Santis , le 15 mars 2011 | Dernière mise à jour de l'article le 16 juillet 2011

Avec l'apparition et la croissance des nouveaux médias, les métiers du journalisme sont en train de muter. Rien de neuf sous le soleil, me direz-vous, si ce n'est que l'on voit débarquer sur le devant de la scène de nouveaux métiers comme le curator, cette personne sensée trier et organiser l'information pour vous, ou encore l'explainer dont le rôle serait d'expliquer et de rendre claire une information au plus grand nombre.

Pour "explainer", tous les moyens sont bons

 

On ne peut s'empêcher d'être interpelés. N'est-ce pas là le propre de tout bon journaliste "vulgarisateur"? Pour rappel, le journaliste doit basiquement être capable de sélectionner, trier, mettre en forme, expliquer, angler, mettre en perspective toute information, aussi complexe soit-elle, tout en s'adaptant à sa cible, à son public. C'est une règle première. Et c'est la théorie bien sûr. En pratique, il semblerait que le flux d'informations soit tel que nous ne trouvons ni le temps de tout lire en profondeur (ce fameux temps de cerveau disponible) ni le courage d'expliquer des sujets ou des thématiques de façon approfondie et attractive.

Benoit Raphaël le résume d'ailleurs très bien dans un billet sur La social NewsRoom en posant cette question : aujourd'hui dans les médias, qui se concentre sur la mission d'explication au plus grand nombre? Voilà le noeud du problème. La plupart des grands médias s'axent sur une information de flux, en mettant de côté les explications de contexte ou lorsqu'ils entrent dans des analyses et des présentations plus poussées, ils le font à l'ancienne, sur un modèle de format papier, avec des textes fleuves et une mise en forme morne et rugueuse. La demande publique existe donc bel et bien en la matière, d'autant plus qu'Internet constitute un terreau fertile d'idées de mises en forme ludiques et agréables.

L'école de journaliste de NYU (New York University) et le site Pro-Publica ont d'ailleurs engagé un projet dans ce sens, explainer.net, qui se donne pour but de traiter l'information par le contexte plutôt que par le flux. Et tous les moyens sont bons ! Explainer.net recense d'ailleurs huit outils pour une "explication efficace" : les infographies bien sûr, qui fleurissent ça et là sur les sites d'information mais aussi l'animation, l'heuristique (i.e le mapping), les frises chronologiques, les bandes dessinées, les diaporamas et même les jeux (dits sérieux) et la musique. Sur Papier BrouillonJean Abbiateci liste en outre le simulateur et le podcast vidéo. Un point commun à tous ces types de mise en forme : leur capacité à mettre en perspective une quantité importante d'informations complexes en un seul coup d'oeil ou assimilées en un temps très court. Une garantie de succès auprès de l'internaute lambda toujours plus pressé même s'il reste désireux d'information de qualité.

Tous journalistes?

On l'aura compris, une des missions journalistiques majeures de ces prochaines années, c'est bien de réussir à organiser l'information de façon pertinente et attractive. Mais finalement, tout le monde pourrait le faire, non? Dans un monde idéal, ce fameux "explainer" (créer un nouveau terme était d'ailleurs peut-être de trop, mais c'est un autre débat) ne serait autre qu'un journaliste au fait des nouveaux outils de communication : les réseaux sociaux bien sûr mais aussi la mise en ligne de vidéos ou les outils de "mapping", etc. Ce même journaliste, totalement dans l'air du temps, travaillerait main dans la main avec un illustrateur et un infographiste avec lesquels il concevrait animations et infographies détaillées. Sauf que...

Beaucoup de journalistes aujourd'hui n'ont pas les compétences requises pour réaliser un tel traitement de l'information : un manque d'intérêt pour les nouveaux médias peut-être mais surtout un manque de formation axée dans cette perspective. Cela laisse une porte grande ouverte à toute une catégorie de littéraires "geeks" à même de gérer un flux important d'informations de façon intéressante, avec en première ligne certains blogueurs ou passionnés d'information (souvent sur une thématique particulière) ayant entamé la réflexion de la mise en forme de l'information depuis longtemps. En théorie donc, tout internaute peut devenir "explainer". Pas besoin d'une grande plume, d'une culture générale démesurée, d'une sens aigü de l'analyse. Mais alors, à quoi serviront les journalistes dans cinq ans?

Il faut comprendre le cycle de l'information, et qu'avant sa mise en forme, elle a une histoire et un cheminement. Elle vient de quelque part (une source) et est sélectionné parmi pléthore de semblables dont les degrés d'importance ne sont pas toujours clairement et facilement identifiables sans passer par une réflexion à plusieurs, avoir un bagage culturel et historique, des références, de l'expérience ou une connaissance du domaine. Le journaliste connait les sources fiables (agence, spécialiste, institution, organisme, etc.) et les techniques d'obtention d'une information auprès de ces sources. Il bénéficie aussi d'un réseau de connexions. C'est ce qui fait sa différence d'avec un internaute X ou Y.

Donc, traiter, relayer, mettre en forme l'information, oui mais seule une personne avec tous ces avantages et compétences pourra le faire dans les règles de l'art, en n'oubliant pas le cheminement complet d'un sujet, de la recherche de la source à la mise en ligne sur le site. Pluripotents, vous dites?

Sources : "Expliquer l'info : un métier d'avenir", Benoit Raphaël (La social NewsRoom), déc. 2010
"15 idées originales pour bien expliquer une info", Jean Abbiateci (Papier Brouillon), fév. 2011

Illustrations : Le blog du développement durable de Nantes (image du haut)
Ame Otoko - Licence Flickr CC (image du bas)

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné