Articles

Cameroun : les fonds Pays Pauvres Très Endettés revitalisent l’école

Par Louis-Martin Essono , le 05 juin 2006 | Dernière mise à jour de l'article le 12 décembre 2008

L’économie des pays africains a frôlé la catastrophe. A leur chevêt, la banque mondiale et le Fonds Monétaire International qui leur ont imposé des plans d’ajustement structurel ont provoqué la ruine de ces pays : privatisation, dégraissage des personnels fonctionnaires, licenciements, gel des recrutements, baisse drastique des salaires. Certains pays ont connu une nouvelle colonisation, se pliant en quatre pour se faire admettre victorieusement dans le club des plus démunis de la terre.

Quatorze pays africains ont été élus à ce club, et bien récemment, le Cameroun. Ces pays verront leurs dettes annulées et l’argent ainsi économisé devra servir, sous l’oeil vigilant des bienfaiteurs, aux projets de développements sociaux comme la santé, le transport et l’éducation.

Mais les populations savent que, pour avoir serré la ceinture depuis deux décennies, l’atteinte du point d’achèvement signifie que l’argent va pleuvoir et que les salaires vont monter. Pour les "désillusionner", une campagne d’explication a été engagée pour permettre au public de comprendre. Des ministres passent devant la presse pour présenter l’apport des "PPTE" au Cameroun.

Les ministres en charge du secteur éducatif planchaient donc devant le peuple pour expliquer comment l’argent des PPTE a servi au renforcement de l’école camerounaise. Car, cette institution vit dans la misère la plus humiliante depuis 1994, année où les salaires ont connu une baisse de 70% et qui courent encore...si bas.

De cet entretien on apprend que, pour l’école de base, il manque 25.000 enseignants. On en recrutera bientôt 30.000, en raison de 3.000 par an, pendant 10 ans, même si l’intégration à la Fonction Publique des milliers d’instituteurs vacataires formés pose d’énormes problèmes. Pour l’enseignement secondaire, le déficit de 50.000 profs. signalé depuis 4 ans n’a pas été résorbé malgré l’introduction des TIC dans les lycées dont les enseignants recevront une formation appropriée.

La construction des établissements dans le primaire et la création, dans le secondaire, d’un Lycée Technique par département administratif puiseront dans les fonds PPTE pour amliorer la qualité de l’école. La réforme interviendra aussi dans l’enseignement technique qui supprime la série G1 spécialisée en secrétariat et bureautique, l’équipement de tels établissements prendra des chiffres vertigineux, pour le bien de l’école... On a également évoqué le don des livres aux écoles et le concept de "paquet [didactique] minimum" a disparu.

Bien que l’enseignement à distance n’ait pas été clairement évoqué, il va de soi que cet aspect prend des proportions et des perspectives heureuses que le Cameroun va progressivement dévoiler en cohésion avec tous les départements minstériels impliqués.

Mais, une chose est de dire et de prévoir, une autre est de procéder à la mise en application.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné