Articles

Cameroun : l’AUF et Comètes main dans la main pour la formation des tuteurs

Par Louis-Martin Essono , le 06 août 2006 | Dernière mise à jour de l'article le 12 décembre 2008

Les études à l’étranger deviennent de plus en plus inacessibles et onéreuses pour les Africains moyens qui éprouvent cependant la nécessité d’apprendre toujours plus. La formation à distance et les facilitations financières techniques et technologiques qu’offrent les campus numériques francophones de l’Agence Universitaire de la Francophonie donnent l’opportunité aux travailleurs et aux étudiants d’assouvir leurs attentes tout en demeurant sur place.

Au Cameroun, les universités commencent, elles aussi, à intégrer dans leurs systèmes, des enseignements à distance. Et la Coopération française, qui concourt aux mêmes objectifs, s’appuie sur le Projet Comètes pour aider le Cameroun à asseoir la formation à distance dans l’enseignement supérieur.

Deux sessions de formation viennent de se tenir à cet effet, toutes les deux animées par le Pr. Abdelkrim Jebbour du Maroc. Elles avaient trait aux "technologies éducatives et le tutorat dans une formation ouverte et à distance". Les objectifs poursuivis visaient à susciter une réflexion sur la pratique du tututorat à partir des situations contextualisées, permettre aux participants de développer des compétences de médiateur et de proposer une réflexion sur l’évaluation qui s’opère à distance.

Le contenu de la formation concernait l’approche pédagogique et se fondait sur la résolution de problèmes, l’apprentissage collaboratif et la réalisation d’un projet. Il s’est agi d’une introduction aux notions de tutorat, de médiation en formation à distance et surtout des fonctions du tutorat et de l’évaluation. La charte du tutorat a également été élaborée.

En réalité, si l’on s’est réjoui de cette collaboration enfin installée entre deux opérateurs, les 45 participants, dont surtout de futurs tuteurs, professeurs des universités camerounaises et des formations technologiques de haut niveau, se félicitent de pouvoir enfin comprendre les fondements pédagogiques et didactiques du tutorat. Lequel tutorat, devaient-ils découvrir, n’est qu’un maillon d’une longue chaîne qui doit conduire les apprenants à la réussite. L’approche des résolutions des problèmes a été le fil conducteur des deux sessions qui ont utilisé la plate-forme Acolad pour les diverses simulations.

Les enseignants de l’ IAI-Cameroun, de l’ IUT de Bandjoun, de l’Ecole Polytechnique de Yaoundé, de l’Université de Yaoundé 2 et de l’ IUT de Douala où se pratique l’enseignement à distance ont également intégré la nécessité de la méthodologie, de la didactique, de la centration motivante et focalisatrice sur l’apprenant avec l’appui des technologies pour modifier les représentations des apprenants.

L’ AUF, qui a financé ces sessions en partenariat avec la coopération française se dit prête à continuer l’expérience dans la région de l’Afrique centrale et celle des Grands Lacs pour favoriser l’apprentissage à distance et pour aider à la mise sur pied des programes nationaux d’EAD comme précisémment à l’IAI-Cameroun et l’IUT de Banjoun où s’effectuent et se développeront dès la prochaine rentrée des Licences professionnelles à Distance.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné