Articles

Le French Power du e-learning s’implémente en France : Stop !

Le franglish fait recette mais à quel prix !

Par Denys Lamontagne , le 15 octobre 2001 | Dernière mise à jour de l'article le 29 août 2012

La Success Story des French start-up du e-learning serait surtout imputable au management. Mais le «must» franglish impacte le branding «sérieux et fiable» que les sponsors voudraient afficher. Le relooking du cluster du e-learning francophone est bien online.

En effet, il semble que les buzzword du e-learning, blended-learning, flipped-learning et e-teaching font du concept mapping dans les esprits des français. Dans la francophonie worldwide, Maroc inclus, on assiste au show des virtual campus et du Online support, benchmarking à l'appui. Les marketing pitch du B to C et les softskills préparent le terrain.

Ground Zero pour le français ?

Il est facile d’exagérer, mais actuellement, l’exagération n’est pas de mon coté. Voici une courte compilation, non exhaustive, d’entreprises francophones actives ou qui l'ont été dans la e-formation, avec un nom anglais.

Ces entreprises sont très majoritairement françaises et oeuvrent en France :

  • Activ’partners
  • Bank exam
  • Best Formation
  • Brainpollen
  • Catia Interactive
  • Capturator
  • Cegos e-learning University
  • Crossknowledge (e-learning Factory)
  • Daskoo
  • e-Learning Associates
  • e-Learning Agency
  • E-Web formation
  • Edubynet
  • Edubyweb
  • EducPlanet - IntelSup
  • Exam.fr
  • First Finance
  • FormUsOnLine.com
  • Global Knowledge
  • I-Progress
  • InformIT.fr
  • INSEAD OnLine
  • iweb-formation - eweb-formation
  • Keepschool
  • Learningateway - ORT
  • Learnorama
  • Learnsolution
  • Legendre on the web
  • Mind on Site
  • Net training - CD Training
  • NETg - Thomson Learning
  • NTraining
  • Online Formapro
  • Paraschoo
  • Personnel Performance - Panel France
  • School Angels
  • Smart Canal
  • SQT - Siemens qualification and Training
  • Teach-Line
  • Teacheo.com
  • Training Avenue
  • Trainy.net
  • Tutorials Online
  • UpGrade
  • 123training.com
  • Knowledge pills

Ce qui ne reflète pas à quoi tient le succès dans la e-formation. Ce serait plutôt le contraire; la mode franglish convient parfois aux entreprises commerciales, mais il se trouve que nous oeuvrons en éducation et que nous avons une image de qualité fondamentale à présenter.

Des entreprises réussissent très bien sans s’angliciser tout en sachant utiliser l’anglais lorsqu’il le faut.

Des modèles

AFT- IFTIM

Ecole chez soi

EducExpert

sont trois institutions qui oeuvrent dans des milieux où pourtant l’anglais est en force mais qui n’ont pas abdiqué leur langue; au contraire, ils la font croître et ont pris un clair parti de s’en servir.

L’effet ? Leur image de qualité ne s’en porte que mieux. Visitez, comparez et constatez.

Même des écoles anglophones prennent des noms français quand elles s’adressent aux français, à l’exemple de L’École de rédaction

Pour s’adresser à des français, rien de mieux que le français.

Si le marché anglophone est si important pour certaines entreprises qui visent le monde, elles sont nombreuses à s'inculturer nationalement et à prendre des raisons sociales dans la langue nationale.  Un nom comme «Legendre on the web» ne peut que navrer, surtout quand on sait que l'entreprise ne s'adresse quasiment qu'à des français et oeuvre en éducation.  What éducation !

il est tout de même aisé de trouver des noms qui s’équivalent dans deux ou trois langues (Ex.: Technomedia). Qui disait qu'il y avait des idées en France, à défaut de pétrole ? Margaret Thatcher ?

 

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné