Articles

Une école en or : George Washington (GWU). Une curieuse leçon de marketing***

Par Denys Lamontagne , le 18 février 2007 | Dernière mise à jour de l'article le 05 novembre 2008

L’université George Washington (GWU) à Washington aux Etats-Unis facture plus de 50 000 $ par année pour chaque étudiant entre ses murs.

Mais que peuvent-ils bien enseigner qui puisse justifier des frais annuels d’un million de dollars pour une classe de 20 étudiants ?

En fait rien de très différent d’ailleurs, ni même mieux. Ce que les familles de ces étudiants achètent est essentiellement le prestige et une garantie de sélection par le haut de la fortune. Ce qui fait bien l’affaire de l’université, on s’en doute.

S’il y a quelques années, GWU faisait partie des universités les moins dispendieuses, aujourd’hui elle fait partie du peloton de tête, dépassant même Harvard.

Le principe derrière ces frais pharamineux sont simples : si les collèges et universités peuvent autant augmenter leurs prix (plus de trois fois l’augmentation du coût de la vie en 20 ans), c’est essentiellement parce qu’elles le peuvent. Les gouvernements seront toujours derrière pour augmenter les subsides aux étudiants ou garantir les emprunts des étudiants auprès des banques.

Ce qui se traduit par un certain esprit dans les universités : 1- lever tous les fonds possibles 2- Dépenser tout l’argent obtenu. Mais pas nécessairement en salaires, qui eux suivent généralement le coût de la vie.

GWU est un excellent élève : il y a quelques années, ils ont engagé une firme pour évaluer leurs opérations. La rapport final disait que leur opération était très bien, excellente même. On ne trouvait dans le rapport qu’une seule recommandation substantielle : augmenter leurs frais d’inscription. Pas parce qu’ils avaient besoin d’argent, ce n’était pas le cas, mais bien parce que cela augmenterait le prestige de l’université.

Et ça a apparememnt très bien fonctionné. Ils ont parié sur la recommandation et la croyance du public en la fiction que le prix est toujours une indication fiable de la qualité.

On peut tirer une morale de cette histoire, en fait deux idées :

  • d’une part que l’on peut très bien facturer des sommes importantes si la réputation est bonne et
  • d’autre part que ces géants arrogants sont mûrs pour une bonne concurrence de la part de la formation à distance : l’éducation accessible est un bien meilleur principe social que le profit pour le profit.

Pour l’article complet : Higher Education Tuition, With the Emphasis on Higher

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné