Articles

Apprendre avec les images : attention à la simplification

Par Christine Vaufrey B , le 09 décembre 2009 | Dernière mise à jour de l'article le 12 juin 2011

Il est des images qui font le tour du monde, au point que plus personne ne sait d'où elles sortent, qui les a créées et à quelle époque. C'est le cas de celle-ci :

André Gunthert, dans son blog L'atelier des icônes - Carnet de recherche visuel, nous propose une analyse magistrale de cette image, en retrouvant son origine, les images dont elle s'inspire, en détaillant l'effet qu'elle a produit et les dérivations qui en ont été effectuées.

Quand la volonté pédagogique mène à l'inexactitude

On apprendra donc que ce fameux tableau de l'évolution humaine a été créé par Rudolf Zallinger en 1965, pour un ouvrage intitulé The Early Man, qui prenait place dans une collection de vulgarisation scientifique éditée par les éditions Time-Life, aux Etats-Unis. Les ouvrages de cette collection ont été traduits en de nombreuses langues, dont le français, et furent suivis de multiples ouvrages du même genre, qui donnaient la priorité à l'image sur le texte : "L’iconographie (de cette collection) est souvent spectaculaire. Elle offre une large variété de styles et témoigne d’une constante préoccupation pédagogique. L’image doit fournir une synthèse claire et lisible d’une information dense. La collection développe un savoir-faire particulièrement élaboré en matière de schémas narratifs, combinaison de la représentation tabulaire des données scientifiques avec une mise en scène visuelle forte".

La vision de l'évolution de l'homme présentée par l'ilustration de Zallinger a bien sûr été battue en brèche par les découvertes effectuées dans ce secteur. On sait désormais que l'évolution humaine ne fut pas linéaire, mais plutôt buissonnante, comme ce fut le cas pour toutes les espèces vivant sur notre planète. Le documentaire Espèces d'espèces, d'abord diffusé à la télévision française et désormais disposnible en DVD, remet les choses à leur place.

Mais alors, pourquoi l'illustration de Zellinger a t-elle connu un tel succès, au point d'être réinterprétée de multiples façons, et ancrant de manière quasi-définitive dans l'esprit populaire l'illusion d'une évolution humaine linéaire ? Gunthert fournit une explication convaincante : "Le succès de l’icône, dont une recherche sur internet permet aujourd’hui de prendre la mesure, se vérifie en effet par ses copies et ses parodies. Ces reprises sans nombre témoignent de ce que cette image est d’abord un récit. Comme le montrent les altérations qui, en modifiant le dernier stade ou en inversant la logique de la progression, jouent à changer le sens de la série, elle fonctionne comme une structure narrative autonome, immédiatement compréhensible. Elle incarne exemplairement cette connaissance par l’image favorisée par les ouvrages illustrés". Quand l'histoire raconte une histoire (à défaut de raconter l'Histoire), elle balaie toute les explications plus précises et s'impose à tous.

L'image comme réceptacle de nos propres interprétations

Aujourd'hui, Internet nous abreuve d'images, la réalisation de ces dernières étant facilitée par les outils numériques tels que les appareils photos, les logiciels de retrouche d'image, les outils de dessin. Il serait dangereux de faire l'amalgame entre la facilité de création de ces images et la facilité de leur interprétation. Voyez par exemple celle-ci, qui illustre la créativité :

Il s'agit d'une publicité pour une école de design, dont l'image intègre tout juste le nom, mais pas les coodonnées. L'image frappe, c'est certain, et stimule l'imagination. Mais elle n'est pas complète, elle ne fournit pas toutes les clés de ce qu'il faut comprendre et de la façonde s'en servir.

Il est encore plus périlleux d'utiliser les images sorties de tout contexte. C'est poourtant ce qui est proposé par cet espace de dépôt de schémas explicatifs, ces derniers n'étant pas accompagnés de texte. Certes, tout le monde peut projeter ses interprétations sur les images proposées, et beaucoup y trouveront des ilustrations convaincantes de concepts difficiles à expliquer par le verbe ou l'écrit. Mais n'oublions pas que l'image, bien plus que le texte, est le réceptacle de nos projections. Ce qui fait sa force, mais peut provoquer des dommages importants en matière d'apprentissages, comme le démontre à la perfection André Gunthert dans son article.

Métamorphoses de l'évolution. Le récit d'une image.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné