Articles

Les systèmes automatisés d’évaluation de textes : la forme sans le fond

Par Denys Lamontagne , le 23 septembre 2003 | Dernière mise à jour de l'article le 12 décembre 2008

Plusieurs compagnies offrent des outils informatisés d’évaluation des textes (essais) des étudiants et plusieurs écoles des États-Unis, incluant des collèges et universités, utilisent de tels outils pour diminuer la charge de travail des professeurs et améliorer la qualité d’écriture de leurs étudiants.

Un de ces outils, «Criterion», développé par Educational Testing Service (ETS), est utilisé par le collège Camden County dans le New Jersey. Criterion évalue les essais selon des facteurs «appris» de lecteurs humains et fournit aux étudiants une rétroaction sur la grammaire, le style, l’usage et l’organisation.

Anthony Spatola, un administrateur du département d’anglais à Camdem affirme que les étudiants apprécient la rétroaction et il croit que l’outil les aide à améliorer leur écriture.

Des officiels de ETS reconnaissent que le système peut théoriquement attribuer un haut résultat à un essai qui démontre certaines caractéristiques linguistiques mais qui manquerait de logique; cependant le fait de trouver des étudiants qui prendraient le temps de tromper le système est irréaliste selon eux.

Ces systèmes ont leur détracteurs, dont Julie Cheville de l’université Rutgers et la directrice du National Writing Project, qui affirme que ces systèmes d’évaluation automatisés orientent les étudiants selon leurs erreurs, pas selon la signification de leur travail. Des essais vides de sens peuvent recevoir de bonnes évaluations seulement parce qu’ils sont sans erreurs.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné