Articles

Un déficit de 50.000 enseignants dans le secondaire. Des ordinateurs au secours.

Par Louis-Martin Essono , le 11 janvier 2004 | Dernière mise à jour de l'article le 12 décembre 2008

Le Ministre camerounais de l’Enseignement supérieur a accompli des efforts énormes pour réaliser le programme qu’il s’était fixé. Les activités majeures de cette semaine très chargée ont tourné autour de la dotation des ordinateurs aux enseignants de l’ Université de Yaoundé 1 , de l’ouverture d’une chaire Unesco à l’Ecole normale supérieure et de la sortie de la 43ème cuvée des élèves professeurs de cette Etablissement.

En prélude à l’interconnexion des six universités d’Etat dont les travaux sont annoncés, les appels d’offre lancés ainsi que l’avait déjà noté Thot, le Professeur Maurice Tchuinté a procédé à la dotation de 100 ordinateurs aux professeurs de l’Université de Yaoundé 1. Plusieurs autres universités avaient déjà reçu ces outils, notamment, l’Université de Dschang, l’ Université de Douala, l’ Université de Ngaoundéré, et l’ Université de Buea .

En donnant la signification de cette offre que les bénéficiaires doivent acquérir en contrepartie d’une somme égale à près de 950.000 frs CFA à répartir sur trois ans, le Ministre a insisté sur les activités de recherche en vue d’améliorer le contenu des cours, la qualité des enseignements et les rapports plus étroits avec l’étranger.

Cette mission va être facilitée, le ministre ayant inauguré au cours de la même semaine des centres de ressources mutimédia dans les cinq établissements qui constituent l’Université de Yaoundé 1: l’Ecole nationale supérieure Polytechnique, l’Ecole normale supérieure, La Faculté des Lettres, la Faculté de Médecine et la Faculté des Sciences.

Parmi les centres multimédias inaugurés, celui de l’Ecole normale a le plus attiré l’attention. Il s’agit du centre de Ressources en Technologies Educatives (CRTE) dont les missions ont été réaffirmées. L’ENS, qui poursuit des missions de recherches fondamentales, disciplinaires et des missions pour l’appui pédagogique, didactique et de formation continue, va devoir redynamiser ces objectifs. Les textes organiques prévoient par exemple le recyclage et la formation continue des enseignants et des Insecteurs par le biais de la formation à distance qu’appuierait désormais l’utilisation de l’ingénierie éducative.

La connexion de l’E.N.S. à l’Internet constitue effectivement un atout dans la mesure où, attendue et réclamée depuis près de cinq ans, cette liaison ouvre l’Ecole sur le monde et peut enfin aider les futurs professeurs des lycées à manipuler correctement les Tic et à s’initier aux méthodologies nouvelles et à leur application à l’enseignement.

Les concepts nouveaux, qui leur étaient théoriquement enseignés sur les Tice pourraient prendre forme. Le travail collaboratif, les TPE, la recherche virtuelle et l’utilisation des logiciels d’apprentissage et d’enseignement (gratuits) sont devenus chose concrète depuis l’ouverture du CRTE.

Les problèmes généralement soulevés dans les travaux en ligne commencent aussi à prendre corps et l’importance de l’outil technologique se révèle au grand jour, s’accompagnant des problèmes devenus classiques ailleurs : le temps de connexion par élève et par classe, le prix de la connexion, les modalités d’enseignement par les Tic, l’autorité et le rôle de l’enseignant, la valeur du livre numérique. Ces petits problèmes, qui ont été résolus sous d’autres cieux, deviennent une réalité à l’ENS.

Il est pourtant très utile que se développe, sous les normes standards requises, l’ingénierie éducative. Le personnel chargé de ces disciplines mérite une meilleure formation car bientôt la cohérence qui se dessine entre le Ministère de l’Education et le Ministère de l’Enseignement supérieur prend une pente heureuse qui produira des effets salvateurs. L’existence du CRTE vibrera en phase avec les centres de ressources crées dans les lycées et le programme d’appui à l’enseignement technologique aura bientôt à prendre un très bon élan.

Il reste cependant à concrétiser toutes ces bonnes initiatives, car il faut intégrer dans l’ensemble des programmes de l’Ecole normale ou dans ceux des Facultés, ainsi que cela se réalise déjà à l’école Polytechnique, les enseignements systématisés d’informatique et leur application à l’enseignement, au moment où, présent à la collation des diplômes de professeurs du secondaire, le Ministre de l’Education, a clamé tout haut que son ministère a besoin d’un minimum de 50.000 enseignants.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné