Dossiers de la semaine

Travailler en réseau

Une bonne dizaine d'années après l'apparition du concept de "travail en réseau", on pourrait s'attendre à ce que cette pratique soit généralisée, ou au moins fort répandue. Mais ce n'est pas le cas : de nombreuses organisations découvrent tout juste le travail en réseau, et d'autres ne veulent pas en entendre parler. Néanmoins, nous disposons maintenant de retours d'expérience suffisamment nombreux pour identifier ce qui marche et ce qui ne marche pas dans le travail en réseau.

Les réseaux d'enseignants en France, les réseaux d'établissement au Québec, sont à prendre en exemples. Pourtant, la norme scolaire s'accomode bien mieux du groupe aux contours bien délimités que du réseau aux frontières mouvantes. 

Le travail en réseau s'est bien déployé dans le monde communautaire et associatif. La mise en réseau permet de repousser certaines limites fréquentes dans ce secteur : petite taille des établissements, capacités financières limitées, isolement géographique ou intellectuel... Les acteurs les plus dynamiques sont maintenant en capacité d'indiquer les limites et particularités du travail en réseau, trop souvent confondu avec ses supports et outils, notamment les outils numériques.

Le travail en réseau permet de dépasser de multiples frontières. S'il n'est pas garanti de trouver ce que l'on cherche (ou ce que l'on découvre sans l'avoir cherché) dans les vastes espaces, généralement numériques, qui s'offrent à nous, les chances d'y parvenir sont néanmoins plus fortes que dans un environnement dont tutes les ressources nous sont connues. Et si la force principale du travail en réseau était de recréer de l'étonnement ?

Illustration : Djem, Shutterstock.com

Éléments du dossier

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !

Travailler en réseau - Thot Cursus

Dossiers de la semaine

Travailler en réseau

Une bonne dizaine d'années après l'apparition du concept de "travail en réseau", on pourrait s'attendre à ce que cette pratique soit généralisée, ou au moins fort répandue. Mais ce n'est pas le cas : de nombreuses organisations découvrent tout juste le travail en réseau, et d'autres ne veulent pas en entendre parler. Néanmoins, nous disposons maintenant de retours d'expérience suffisamment nombreux pour identifier ce qui marche et ce qui ne marche pas dans le travail en réseau.

Les réseaux d'enseignants en France, les réseaux d'établissement au Québec, sont à prendre en exemples. Pourtant, la norme scolaire s'accomode bien mieux du groupe aux contours bien délimités que du réseau aux frontières mouvantes. 

Le travail en réseau s'est bien déployé dans le monde communautaire et associatif. La mise en réseau permet de repousser certaines limites fréquentes dans ce secteur : petite taille des établissements, capacités financières limitées, isolement géographique ou intellectuel... Les acteurs les plus dynamiques sont maintenant en capacité d'indiquer les limites et particularités du travail en réseau, trop souvent confondu avec ses supports et outils, notamment les outils numériques.

Le travail en réseau permet de dépasser de multiples frontières. S'il n'est pas garanti de trouver ce que l'on cherche (ou ce que l'on découvre sans l'avoir cherché) dans les vastes espaces, généralement numériques, qui s'offrent à nous, les chances d'y parvenir sont néanmoins plus fortes que dans un environnement dont tutes les ressources nous sont connues. Et si la force principale du travail en réseau était de recréer de l'étonnement ?

Illustration : Djem, Shutterstock.com

Éléments du dossier

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !