Dossiers de la semaine

De la participation

Les approches participatives ont la cote. Non par grandeur d'âme ou par sentiment de culpabilité de la part de ceux qui détiennent le pouvoir : simplement parce que ça marche mieux.

Qu'est-ce qui marche mieux, quand on partage le pouvoir et les décisions ? L'engagement, la responsabilité, l'autonomie. La résilience sociale est accentuée, dans la mesure où chacun se sent partie prenante d'un tout. "Après moi, le chaos", disent les dictateurs. Et ils ont raison : en confisquant la parole, l'argent et la capacité d'agir, ils garantissent à leurs concitoyens de longues et sombres années de confusion, une fois leur heure passée. Un régime démocratique assure sa solidité. Certains pays fonctionnent sans gouvernement pendant des années, parce que les responsabilités y sont distribuées et assumées.

La participation devient inévitable dès lors que les tâches à accomplir dépassent les capacités des individus prescripteurs. Mais la participation ne se décrète pas : elle se conquiert. Il ne suffit pas d'ouvrir une porte pour que tout le monde ait envie de sortir. Dire "participez !" revient à dire "soyez motivés !"... 

Alors, comment faire ? Dans ce dossier, vous trouverez des exemples, dans lesquels sont appliqués des principes désormais bien connus qui facilitent la participation; par exemple, le découpage d'une tâche complexe en une multitude de petites tâches simples (innovation distribuée). Mais aussi, des outils pratiques qui permettent d'appliquer, au moins partiellement, ce que l'on a en tête, en matière de participation : un logiciel pour stimuler l'intelligence collective (et qui semble marcher); un guide pour organiser la participation citoyenne; un format d'article scientifique pour assurer le partage du Big Data... 

Faire soi-même permet de grandir : les enfants nous le montrent et le revendiquent chaque jour. Même si nous avons parfois envie (et eux aussi !) de nous laisser prendre en charge, d'arrêter de décider pour éviter de nous tromper... Mais faire avec donne des forces, alimente l'estime de soi et ouvre de nouveaux horizons. On y va ?

Bonnes découvertes, 

Christine Vaufrey, rédactrice en chef
[email protected]

Illustration : AJP / Shutterstock.com

Éléments du dossier

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !

De la participation - Thot Cursus

Dossiers de la semaine

De la participation

Les approches participatives ont la cote. Non par grandeur d'âme ou par sentiment de culpabilité de la part de ceux qui détiennent le pouvoir : simplement parce que ça marche mieux.

Qu'est-ce qui marche mieux, quand on partage le pouvoir et les décisions ? L'engagement, la responsabilité, l'autonomie. La résilience sociale est accentuée, dans la mesure où chacun se sent partie prenante d'un tout. "Après moi, le chaos", disent les dictateurs. Et ils ont raison : en confisquant la parole, l'argent et la capacité d'agir, ils garantissent à leurs concitoyens de longues et sombres années de confusion, une fois leur heure passée. Un régime démocratique assure sa solidité. Certains pays fonctionnent sans gouvernement pendant des années, parce que les responsabilités y sont distribuées et assumées.

La participation devient inévitable dès lors que les tâches à accomplir dépassent les capacités des individus prescripteurs. Mais la participation ne se décrète pas : elle se conquiert. Il ne suffit pas d'ouvrir une porte pour que tout le monde ait envie de sortir. Dire "participez !" revient à dire "soyez motivés !"... 

Alors, comment faire ? Dans ce dossier, vous trouverez des exemples, dans lesquels sont appliqués des principes désormais bien connus qui facilitent la participation; par exemple, le découpage d'une tâche complexe en une multitude de petites tâches simples (innovation distribuée). Mais aussi, des outils pratiques qui permettent d'appliquer, au moins partiellement, ce que l'on a en tête, en matière de participation : un logiciel pour stimuler l'intelligence collective (et qui semble marcher); un guide pour organiser la participation citoyenne; un format d'article scientifique pour assurer le partage du Big Data... 

Faire soi-même permet de grandir : les enfants nous le montrent et le revendiquent chaque jour. Même si nous avons parfois envie (et eux aussi !) de nous laisser prendre en charge, d'arrêter de décider pour éviter de nous tromper... Mais faire avec donne des forces, alimente l'estime de soi et ouvre de nouveaux horizons. On y va ?

Bonnes découvertes, 

Christine Vaufrey, rédactrice en chef
[email protected]

Illustration : AJP / Shutterstock.com

Éléments du dossier

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !