Dossiers de la semaine

Formation, apprentissages et médias

La frontière entre le monde de l'éducation et de la formation d'une part, celui des médias d'autre part, n'a jamais été aussi ténue. Outre-Atlantique, on parle volontiers "d'édutainment", d'éducation qui emprunte les codes des médias de divertissement. Les acteurs éducatifs sont en effet tentés par l'exposition médiatique. Et les acteurs des médias s'arrogent volontiers des missions éducatives. Dans ce domaine aussi, les acteurs historiques doivent faire face à de nouveaux entrants qui mettent en cause les fondements de leur savoir-faire et leur identité-même. 

Le fantasme de la "disparition des enseignants" est étroitement lié à l'apparition d'Internet, l'hyper-média. Que la machine et les réseaux puissent se substituer aux personnes qui, de tout temps, ont assuré la transmission des savoirs et l'accompagnement de la construction des compétences, voilà un futur peu enthousiasmant. De la même façon, les journalistes voient fondre leurs effectifs et certains osent désormais évoquer la disparition de leur profession. Dans les deux cas, l'ennemi s'appelle l'algorithme, générant des données intelligibles qui se substituent à celles que produit jusqu'à aujourd'hui l'intelligence humaine.

Il y a pourtant de la place pour les enseignants et les journalistes sur la toile. Les enseignants se sont emparés des outils numériques plus rapidement et en bien plus grand nombre qu'ils ne l'avaient fait avec les moyens audio-visuels traditionnels. Et ils produisent, seuls, en groupe, avec leurs élèves. Les médias sont dans les classes, et surtout ils alimentent le réseau des réseaux. Les cours en ligne offrent un nombre croissant de ressources multimédias et un concepteur pédagogique gère désormais des projets aussi complexes qu'un film documentaire. 

Les organes de presse pour leur part se frottent à la formation. On a vu apparaître en France depuis 2013 des moocs dédiés aux différentes facettes du métier de journaliste de la société digitale, mais ouverts à tous. Alors, tous éducateurs et tous journalistes ? Pas tout à fait. Inutile de se mettre en concurrence lorsqu'on peut s'allier, pour obtenir mieux et plus vite ce que l'on cherche. L'autonomie ne consiste pas à faire seul, mais plutôt à faire avec ceux qui disposent des savoir-faire complémentaires aux siens. 

Et parvient-on encore à se souvenir de la vie d'avant ? Avant Internet, le flux ininterrompu d'images, de sons, de nouvelles ? Avant les reproductions de tabelaux en très haute définition, avant le smartphone qui permet à des enfants de 10 ans de faire des films, avant le replay et Netflix ? La toile nous offre de quoi nous rafraîchir la mémoire. Expositions et sites d'archives nous ramènent à un monde médiatique plus silencieux et moins encombré; un monde dans lequel il fallait composer avec la rareté plutôt qu'avec l'abondance.

Bonnes découvertes, 

Christine Vaufrey, rédactrice en chef
[email protected]

Illustration : Angela Waye, Shutterstock.com

Éléments du dossier

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !

Formation, apprentissages et médias - Thot Cursus

Dossiers de la semaine

Formation, apprentissages et médias

La frontière entre le monde de l'éducation et de la formation d'une part, celui des médias d'autre part, n'a jamais été aussi ténue. Outre-Atlantique, on parle volontiers "d'édutainment", d'éducation qui emprunte les codes des médias de divertissement. Les acteurs éducatifs sont en effet tentés par l'exposition médiatique. Et les acteurs des médias s'arrogent volontiers des missions éducatives. Dans ce domaine aussi, les acteurs historiques doivent faire face à de nouveaux entrants qui mettent en cause les fondements de leur savoir-faire et leur identité-même. 

Le fantasme de la "disparition des enseignants" est étroitement lié à l'apparition d'Internet, l'hyper-média. Que la machine et les réseaux puissent se substituer aux personnes qui, de tout temps, ont assuré la transmission des savoirs et l'accompagnement de la construction des compétences, voilà un futur peu enthousiasmant. De la même façon, les journalistes voient fondre leurs effectifs et certains osent désormais évoquer la disparition de leur profession. Dans les deux cas, l'ennemi s'appelle l'algorithme, générant des données intelligibles qui se substituent à celles que produit jusqu'à aujourd'hui l'intelligence humaine.

Il y a pourtant de la place pour les enseignants et les journalistes sur la toile. Les enseignants se sont emparés des outils numériques plus rapidement et en bien plus grand nombre qu'ils ne l'avaient fait avec les moyens audio-visuels traditionnels. Et ils produisent, seuls, en groupe, avec leurs élèves. Les médias sont dans les classes, et surtout ils alimentent le réseau des réseaux. Les cours en ligne offrent un nombre croissant de ressources multimédias et un concepteur pédagogique gère désormais des projets aussi complexes qu'un film documentaire. 

Les organes de presse pour leur part se frottent à la formation. On a vu apparaître en France depuis 2013 des moocs dédiés aux différentes facettes du métier de journaliste de la société digitale, mais ouverts à tous. Alors, tous éducateurs et tous journalistes ? Pas tout à fait. Inutile de se mettre en concurrence lorsqu'on peut s'allier, pour obtenir mieux et plus vite ce que l'on cherche. L'autonomie ne consiste pas à faire seul, mais plutôt à faire avec ceux qui disposent des savoir-faire complémentaires aux siens. 

Et parvient-on encore à se souvenir de la vie d'avant ? Avant Internet, le flux ininterrompu d'images, de sons, de nouvelles ? Avant les reproductions de tabelaux en très haute définition, avant le smartphone qui permet à des enfants de 10 ans de faire des films, avant le replay et Netflix ? La toile nous offre de quoi nous rafraîchir la mémoire. Expositions et sites d'archives nous ramènent à un monde médiatique plus silencieux et moins encombré; un monde dans lequel il fallait composer avec la rareté plutôt qu'avec l'abondance.

Bonnes découvertes, 

Christine Vaufrey, rédactrice en chef
[email protected]

Illustration : Angela Waye, Shutterstock.com

Éléments du dossier

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !