Dossiers de la semaine

Trouver sa place

Qui n'a pas un GPS et un service de géolocalisation sur son smartphone ? Ils mettent le monde dans notre poche, répondant en cela à une nécessité ancienne, celle de maîtriser son environnement et de se situer sur un territoire. Dans ce dossier, vous trouverez plusieurs applications qui peuvent être utilisées dans le cadre d'activités scolaires, pour parler de l'endroit où l'on habite, créer des itinéraires, recenser des séries d'éléments semblables sur un territoire.

Le big data constitue un apport majeur à la cartographie contemporaine. A moins que ça ne soient les cartes qui aident considérablement à exploiter les masses de données ouvertes ! La très célèbre initiative OpenStreetMap permet à des milliers d'utilisateurs de produire rapidement des cartes ultra-précises et ciblées, au profit de tous. 

L'aide aux déplacements figure parmi les fonctionnalités les plus investies par les amateurs de données ouvertes. Les cartes isochroniques, qui permettent d'estimer le temps nécessaire pour se rendre d'un point à l'autre, existent depuis fort longtemps. Les plus récentes sont interactives (vous entrez vous-mêmes les points à relier) et montrent que la distance, moins que jamais, ne suffit à estimer son temps de déplacement.

En dépit d'une mobilité toujours plus grande à l'échelle individuelle ou globale (voir à ce sujet l'étonnante carte des migrations proposée dans ce dossier), nous sommes volontiers attachés à certains lieux auxquels, dans un incessant dialogue entre l'interne et l'externe, le subjectif et l'objectif, l'historique et le géographique, nous attribuons des propriétés qui deviennent constitutives de notre identité. Le redécoupage administratif de la France, qui passera au premier janvier 2016 de 22 à 13 régions, fournit un bon exemple de la difficulté à agglomérer des identités qui se vivent comme singulières. Car nous avons beau être connectés au monde entier et avoir des affinités profondes avec des lieux et des gens aux quatre coins du monde, il suffit d'une qualité de lumière, d'une recette de cuisine, de l'accent qui colore une langue, pour nous rappeler que le "qui" dépend largement du "où", pour que nous ayons soudainement la certitude d'être à notre place, chez nous. 

Bonnes découvertes,

Christine Vaufrey, rédactrice en chef
[email protected]

Photo : Paul Chesley - Flickr - Licence CC BY-NC-SA

Éléments du dossier

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !

Trouver sa place - Thot Cursus

Dossiers de la semaine

Trouver sa place

Qui n'a pas un GPS et un service de géolocalisation sur son smartphone ? Ils mettent le monde dans notre poche, répondant en cela à une nécessité ancienne, celle de maîtriser son environnement et de se situer sur un territoire. Dans ce dossier, vous trouverez plusieurs applications qui peuvent être utilisées dans le cadre d'activités scolaires, pour parler de l'endroit où l'on habite, créer des itinéraires, recenser des séries d'éléments semblables sur un territoire.

Le big data constitue un apport majeur à la cartographie contemporaine. A moins que ça ne soient les cartes qui aident considérablement à exploiter les masses de données ouvertes ! La très célèbre initiative OpenStreetMap permet à des milliers d'utilisateurs de produire rapidement des cartes ultra-précises et ciblées, au profit de tous. 

L'aide aux déplacements figure parmi les fonctionnalités les plus investies par les amateurs de données ouvertes. Les cartes isochroniques, qui permettent d'estimer le temps nécessaire pour se rendre d'un point à l'autre, existent depuis fort longtemps. Les plus récentes sont interactives (vous entrez vous-mêmes les points à relier) et montrent que la distance, moins que jamais, ne suffit à estimer son temps de déplacement.

En dépit d'une mobilité toujours plus grande à l'échelle individuelle ou globale (voir à ce sujet l'étonnante carte des migrations proposée dans ce dossier), nous sommes volontiers attachés à certains lieux auxquels, dans un incessant dialogue entre l'interne et l'externe, le subjectif et l'objectif, l'historique et le géographique, nous attribuons des propriétés qui deviennent constitutives de notre identité. Le redécoupage administratif de la France, qui passera au premier janvier 2016 de 22 à 13 régions, fournit un bon exemple de la difficulté à agglomérer des identités qui se vivent comme singulières. Car nous avons beau être connectés au monde entier et avoir des affinités profondes avec des lieux et des gens aux quatre coins du monde, il suffit d'une qualité de lumière, d'une recette de cuisine, de l'accent qui colore une langue, pour nous rappeler que le "qui" dépend largement du "où", pour que nous ayons soudainement la certitude d'être à notre place, chez nous. 

Bonnes découvertes,

Christine Vaufrey, rédactrice en chef
[email protected]

Photo : Paul Chesley - Flickr - Licence CC BY-NC-SA

Éléments du dossier

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !