Dossiers de la semaine

Influence africaine

Il n'y a que 70 ans, l'éducation était encore un privilège pour presque tous les humains.

Maintenant que les outils et ressources de formation sont plus accessibles, ce que l'on fait des connaissances dépend surtout des individus et des collectivités.  Nous voulons bien collaborer et travailler ensemble mais elle s'achève l'époque où l'on décidait pour nous, pour presque tout et sans même que nous puissions nous exprimer puisque nous étions très majoritairement «des ignorants». 

Beaucoup de régions du monde se sont un jour ou l'autre libérées de croyances superstitieuses, de tyrans, de systèmes monarchiques ou oligarchiques (une clique) abusifs. Par exemple, les anglais célèbrent cette année les 800 ans de la Magna Carta Libertatum qui établissait les assises juridiques d'un système un peu moins oppressif : même le roi était soumis à la loi. C'était une grande nouveauté ! La révolution française a plus de 225 ans. La révolution russe bientôt 100 ans.  Certains régions sont en train d'en vivre une et d'autres ne peuvent encore qu'en rêver, mais il en reste de moins en moins. Et partout l'éducation a accompagné et souvent précédé les changements.

Vous découvrirez dans cette édition des africains qui décident et font leurs propres affaires, dans leur meilleur intérêt et finalement celui des autres aussi. Bien sur tout n'est pas plus rose qu'ailleurs, ni même vert, mais l'espoir de recevoir de l'aide n'est rien à comparer de la certitude de réussir à s'en sortir par ses propres efforts. On y arrive, on y contribue.

Denys Lamontagne - [email protected]
Éditeur

Éléments du dossier

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !

Influence africaine - Thot Cursus

Dossiers de la semaine

Influence africaine

Il n'y a que 70 ans, l'éducation était encore un privilège pour presque tous les humains.

Maintenant que les outils et ressources de formation sont plus accessibles, ce que l'on fait des connaissances dépend surtout des individus et des collectivités.  Nous voulons bien collaborer et travailler ensemble mais elle s'achève l'époque où l'on décidait pour nous, pour presque tout et sans même que nous puissions nous exprimer puisque nous étions très majoritairement «des ignorants». 

Beaucoup de régions du monde se sont un jour ou l'autre libérées de croyances superstitieuses, de tyrans, de systèmes monarchiques ou oligarchiques (une clique) abusifs. Par exemple, les anglais célèbrent cette année les 800 ans de la Magna Carta Libertatum qui établissait les assises juridiques d'un système un peu moins oppressif : même le roi était soumis à la loi. C'était une grande nouveauté ! La révolution française a plus de 225 ans. La révolution russe bientôt 100 ans.  Certains régions sont en train d'en vivre une et d'autres ne peuvent encore qu'en rêver, mais il en reste de moins en moins. Et partout l'éducation a accompagné et souvent précédé les changements.

Vous découvrirez dans cette édition des africains qui décident et font leurs propres affaires, dans leur meilleur intérêt et finalement celui des autres aussi. Bien sur tout n'est pas plus rose qu'ailleurs, ni même vert, mais l'espoir de recevoir de l'aide n'est rien à comparer de la certitude de réussir à s'en sortir par ses propres efforts. On y arrive, on y contribue.

Denys Lamontagne - [email protected]
Éditeur

Éléments du dossier

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !