Dossiers de la semaine

Ordre et désordre

Des bosons infimes aux structures gigantesques des nuages de galaxies, de l'ADN aux niches écologiques, du soupir amoureux au traité philosophique, du sifflement à la symphonie, nous établissons des distinctions et des classements. Ils nous servent d'orientation dans un monde de complexités infinies; nous en fixons les limites.

Un classement fonctionnel le démontre bien : il sert à la production. Ce qu'il y a à faire est connu et on s'y retrouve. S'il y a du désordre, c'est que tout n'est pas compris ni optimisé, qu'on est encore en développement, en construction, en recherche ou, au pire, submergé. Si un classement inadapté est appliqué systématiquement et sans compréhension, on se trouve vite étouffé par l'insignifiance et limité dans ses réalisations.

Le classement a donc quelque chose à voir avec la compréhension; il en est presque l'aboutissement ultime. Au départ, le chaos et l'ignorance, à la fin l'ordre et la compréhension. Les lois des phénomènes sont comprises et mises au service de nos intentions, l'organisation d'un système peut alors fonctionner : nous créons de l'ordre. Mais il n'y a pas que l'ordre.

Dans le domaine des arts, un certain désordre est essentiel, car si tout est connu, il n'y a plus de création mais bien de la reproduction. Dans le monde de l'apprentissage, le désordre est là aussi une caractéristique inhérente, comme en recherche : si tout est su, il n'y a plus d'apprentissage pour l'individu ni découverte pour le chercheur. Dans tous les cas on passe à des niveaux de compréhension et d'ordre de plus en plus élevés et pourtant, la créativité peut ne jamais s'arrêter, se servant de ce qui est maintenant maîtrisé comme matériel à l'étape suivante et abandonnant allègrement les classifications antérieures dépassées...

Comme vous le découvrirez dans cette édition, le classement est un puissant outil pédagogique et un indicateur de compréhension. Ce qui est clair à l'esprit est imputé significativement et obtient un effet. Les dessins d'enfants ou les schémas des grands sont aussi nécessaires à la construction des savoirs que le sont les écrits.  Évaluation, typologies, créativité, systèmes de classement, tout y passe.

En prime, Élodie Lestonat débute une série d'articles sur la classe inversée et nous commencçons un section sur les thèses en éducation, alimentée au gré des publications universitaires.

Bonnes découvertes

Denys Lamontagne - [email protected]
Éditeur de Thot Cursus

Illustration : shotty - ShuterStock

Éléments du dossier

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !

Ordre et désordre - Thot Cursus

Dossiers de la semaine

Ordre et désordre

Des bosons infimes aux structures gigantesques des nuages de galaxies, de l'ADN aux niches écologiques, du soupir amoureux au traité philosophique, du sifflement à la symphonie, nous établissons des distinctions et des classements. Ils nous servent d'orientation dans un monde de complexités infinies; nous en fixons les limites.

Un classement fonctionnel le démontre bien : il sert à la production. Ce qu'il y a à faire est connu et on s'y retrouve. S'il y a du désordre, c'est que tout n'est pas compris ni optimisé, qu'on est encore en développement, en construction, en recherche ou, au pire, submergé. Si un classement inadapté est appliqué systématiquement et sans compréhension, on se trouve vite étouffé par l'insignifiance et limité dans ses réalisations.

Le classement a donc quelque chose à voir avec la compréhension; il en est presque l'aboutissement ultime. Au départ, le chaos et l'ignorance, à la fin l'ordre et la compréhension. Les lois des phénomènes sont comprises et mises au service de nos intentions, l'organisation d'un système peut alors fonctionner : nous créons de l'ordre. Mais il n'y a pas que l'ordre.

Dans le domaine des arts, un certain désordre est essentiel, car si tout est connu, il n'y a plus de création mais bien de la reproduction. Dans le monde de l'apprentissage, le désordre est là aussi une caractéristique inhérente, comme en recherche : si tout est su, il n'y a plus d'apprentissage pour l'individu ni découverte pour le chercheur. Dans tous les cas on passe à des niveaux de compréhension et d'ordre de plus en plus élevés et pourtant, la créativité peut ne jamais s'arrêter, se servant de ce qui est maintenant maîtrisé comme matériel à l'étape suivante et abandonnant allègrement les classifications antérieures dépassées...

Comme vous le découvrirez dans cette édition, le classement est un puissant outil pédagogique et un indicateur de compréhension. Ce qui est clair à l'esprit est imputé significativement et obtient un effet. Les dessins d'enfants ou les schémas des grands sont aussi nécessaires à la construction des savoirs que le sont les écrits.  Évaluation, typologies, créativité, systèmes de classement, tout y passe.

En prime, Élodie Lestonat débute une série d'articles sur la classe inversée et nous commencçons un section sur les thèses en éducation, alimentée au gré des publications universitaires.

Bonnes découvertes

Denys Lamontagne - [email protected]
Éditeur de Thot Cursus

Illustration : shotty - ShuterStock

Éléments du dossier

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !