Dossiers de la semaine

Enseignement des maths

Entre les passionnés de mathématiques et les nombreux laissés-pour-compte des maths se trouve un gouffre pédagogique. Nous ne sommes pas tous doués de la même facilité pour conceptualiser ce que peut représenter un «x« ou même «x pommes.» 



x2, x!, ∀,  ∮, ∑ et bien d'autres caractères symbolisent bien plus que des sons et on se sent vite déclassé par rapport à quelqu'un qui les emploie quotidiennement au point de les avoir intégrés comme du vocabulaire courant.  Un «lagrangien» n'évoque probablement rien chez vous alors qu'il éclaire la réflexion d'un mathématicien.



Peu de personnes sont capables de lire une partition de musique et d'en apprécier la mélodie sans avoir à la jouer.  Beaucoup plus nombreux sont ceux qui peuvent la reproduire sur un instrument.  On peut voir les mathématiques de la même façon : un langage qui permet d'illustrer des relations, d'en démontrer la cohérence, d'en vérifier la solidité et surtout d'en partager les résultats.



Quand Eiffel a démontré la faisabilité de sa tour, il l'a fait en s'appuyant sur des calculs et des formules dont on savait la validité. Mais Eiffel n'était pas mathématicien; il se servait des mathématiques.  C'est ici que peut se combler le fossé pédagogique : le développement des mathématiques et leur utilisation s'enseignent bien différemment. Il ne s'agit pas plus de former en masse des mathématiciens que des historiens, il s'agit plutôt de former des citoyens à l'aise avec les outils mathématique et qui connaissent aussi l'histoire sans pourtant être historiens.



Des initiatives comme le  «Forum mathématiques vivantes» cherchent à combler le fossé en montrant comment les maths s'intègrent dans nos activités courantes. Sans céder de rigueur, on peut rapprocher les mathématiques et le quotidien, lancer un pont entre les concepts et la réalité. Les ponts tiennent bon tant qu'ils respectent certains paramètres que l'on peut calculer. Les outils mathématiques se raffinent, on peut apprendre à les utiliser sans avoir à en maîtriser les démonstrations originales. On peut tous avoir du plaisir avec les maths, s'en émerveiller et s'en servir sans crainte.

Denys Lamontagne - [email protected]
Éditeur de Thot Cursus

Éléments du dossier

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !

Enseignement des maths - Thot Cursus

Dossiers de la semaine

Enseignement des maths

Entre les passionnés de mathématiques et les nombreux laissés-pour-compte des maths se trouve un gouffre pédagogique. Nous ne sommes pas tous doués de la même facilité pour conceptualiser ce que peut représenter un «x« ou même «x pommes.» 



x2, x!, ∀,  ∮, ∑ et bien d'autres caractères symbolisent bien plus que des sons et on se sent vite déclassé par rapport à quelqu'un qui les emploie quotidiennement au point de les avoir intégrés comme du vocabulaire courant.  Un «lagrangien» n'évoque probablement rien chez vous alors qu'il éclaire la réflexion d'un mathématicien.



Peu de personnes sont capables de lire une partition de musique et d'en apprécier la mélodie sans avoir à la jouer.  Beaucoup plus nombreux sont ceux qui peuvent la reproduire sur un instrument.  On peut voir les mathématiques de la même façon : un langage qui permet d'illustrer des relations, d'en démontrer la cohérence, d'en vérifier la solidité et surtout d'en partager les résultats.



Quand Eiffel a démontré la faisabilité de sa tour, il l'a fait en s'appuyant sur des calculs et des formules dont on savait la validité. Mais Eiffel n'était pas mathématicien; il se servait des mathématiques.  C'est ici que peut se combler le fossé pédagogique : le développement des mathématiques et leur utilisation s'enseignent bien différemment. Il ne s'agit pas plus de former en masse des mathématiciens que des historiens, il s'agit plutôt de former des citoyens à l'aise avec les outils mathématique et qui connaissent aussi l'histoire sans pourtant être historiens.



Des initiatives comme le  «Forum mathématiques vivantes» cherchent à combler le fossé en montrant comment les maths s'intègrent dans nos activités courantes. Sans céder de rigueur, on peut rapprocher les mathématiques et le quotidien, lancer un pont entre les concepts et la réalité. Les ponts tiennent bon tant qu'ils respectent certains paramètres que l'on peut calculer. Les outils mathématiques se raffinent, on peut apprendre à les utiliser sans avoir à en maîtriser les démonstrations originales. On peut tous avoir du plaisir avec les maths, s'en émerveiller et s'en servir sans crainte.

Denys Lamontagne - [email protected]
Éditeur de Thot Cursus

Éléments du dossier

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !