Dossiers de la semaine

Imitation, mèmes et apprentissage

Pour résoudre le problème de la programmation fastidieuse des robots, on leur apprend à nous imiter. Quelle bonne idée, qui est aussitôt imitée dans toute l’industrie. L’imitation est ce mode d’apprentissage pratique et fondamental qui nous permet d’acquérir du matériel et des données. Ensuite nous pouvons les intégrer dans des explications et acquérir une compréhension pas seulement théorique. On imite naturellement au départ.

L’imitation est l’opposée de l’originalité, mais elle est aussi une marque de reconnaissance : sans imitation on n’exerce guère d’influence, sans suiveurs il n’y a pas de meneurs.

Quand une idée est copiée, imitée, adaptée, elle participe à la construction de notre environnement, qu’il soit personnel, social, architectural, vestimentaire, culinaire, etc… en bien ou en mal. Certains mèmes (élément culturel répliqué et transmis par imitation - Wikipédia ) s’étendent en quelques jours sur la terre entière et disparaissent comme ils sont venus alors que d’autres persistent des années. Certaines idées comme le paratonnerre, la roue, l’hygiène ou les chiffres arabes ont été adoptées universellement et bien d’autres font partie de notre culture, de nos systèmes et même de nos corps.  On les enseigne aux enfants comme des bases fondamentales pour comprendre de quoi nous dépendons pour fonctionner dans ce monde.

Les mèmes parodiques s’étendent le plus souvent en suivant les fils émotifs; les découvertes, les phénomènes rarissimes ou les exploits surfent plutôt sur l’étonnement, parfois sur notre indignation mais tous ont besoin du carburant «intérêt» pour s’étendre. Leur utilité peut se limiter à nous faire rire mais si on les estime vraiment pratiques ou significatifs, on les adopte et on les partage.  Le code génétique lui-même ressemble à une vaste collection de bonnes idées qui fonctionnent dans telle ou telle situation et qui se reproduit naturellement. Nous n’agissons pas très différemment en ce qui concerne les idées.  Si une idée n’est plus utile, on l’abandonne, comme l’arc et les flèches, la planche à laver, les allumettes ou le fax; elles s’atrophient sans pour autant disparaître complètement.

Notre mémoire est remplie de modèles à imiter ou à éviter; plus nous en avons, meilleures peuvent être nos réponses. Le formateur gagne à fournir de bons modèles.

Denys Lamontagne - [email protected]

Éléments du dossier

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !

Imitation, mèmes et apprentissage - Thot Cursus

Dossiers de la semaine

Imitation, mèmes et apprentissage

Pour résoudre le problème de la programmation fastidieuse des robots, on leur apprend à nous imiter. Quelle bonne idée, qui est aussitôt imitée dans toute l’industrie. L’imitation est ce mode d’apprentissage pratique et fondamental qui nous permet d’acquérir du matériel et des données. Ensuite nous pouvons les intégrer dans des explications et acquérir une compréhension pas seulement théorique. On imite naturellement au départ.

L’imitation est l’opposée de l’originalité, mais elle est aussi une marque de reconnaissance : sans imitation on n’exerce guère d’influence, sans suiveurs il n’y a pas de meneurs.

Quand une idée est copiée, imitée, adaptée, elle participe à la construction de notre environnement, qu’il soit personnel, social, architectural, vestimentaire, culinaire, etc… en bien ou en mal. Certains mèmes (élément culturel répliqué et transmis par imitation - Wikipédia ) s’étendent en quelques jours sur la terre entière et disparaissent comme ils sont venus alors que d’autres persistent des années. Certaines idées comme le paratonnerre, la roue, l’hygiène ou les chiffres arabes ont été adoptées universellement et bien d’autres font partie de notre culture, de nos systèmes et même de nos corps.  On les enseigne aux enfants comme des bases fondamentales pour comprendre de quoi nous dépendons pour fonctionner dans ce monde.

Les mèmes parodiques s’étendent le plus souvent en suivant les fils émotifs; les découvertes, les phénomènes rarissimes ou les exploits surfent plutôt sur l’étonnement, parfois sur notre indignation mais tous ont besoin du carburant «intérêt» pour s’étendre. Leur utilité peut se limiter à nous faire rire mais si on les estime vraiment pratiques ou significatifs, on les adopte et on les partage.  Le code génétique lui-même ressemble à une vaste collection de bonnes idées qui fonctionnent dans telle ou telle situation et qui se reproduit naturellement. Nous n’agissons pas très différemment en ce qui concerne les idées.  Si une idée n’est plus utile, on l’abandonne, comme l’arc et les flèches, la planche à laver, les allumettes ou le fax; elles s’atrophient sans pour autant disparaître complètement.

Notre mémoire est remplie de modèles à imiter ou à éviter; plus nous en avons, meilleures peuvent être nos réponses. Le formateur gagne à fournir de bons modèles.

Denys Lamontagne - [email protected]

Éléments du dossier

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !