Dossiers de la semaine

Littératie santé

Une personne malade est parfois prête à accepter n’importe quoi qui pourrait l’aider à recouvrer ses moyens. Qui va s’en occuper ?

L’ignorance des mécanismes de la santé et de la maladie a longtemps été totale et on s’en remettait aux dieux et aux invocations pour peu que l’affection était grave. Heureusement, des avancées importantes ont été accomplies dans notre compréhension et nos possibilités d’intervention.  Les connaissances sont maintenant élaborées et continuent d’être développées par la médecine, la pharmacie et la psychologie.

Si notre compréhension a évolué, elle est cependant loin d’être complète car les interactions entre la psyché humaine et le corps dépassent les simples causes mécaniques ou biologiques : les affections n’en sont souvent que les reflets ou les résultats.  

Le domaine de la santé continue d’évoluer. La réalité virtuelle amène de nouvelles perspectives et on y parle même de ré-éducation. La pharmacovigilance commence à sortir du giron de l’industrie pharmaceutique. Les patients sont maintenant capables de s’informer et d’être mis à contribution active; l’information n’est plus seulement détenue par les médecins. Même les parents sont plus sensibles aux habitudes de vie «santé» de leurs enfants. Ceci nous indique une certaine re-responsabilisation via à vis notre santé. L’ère où les patients croyaient passivement les médecins achève.

Si les professeurs sont devenus des guides bienveillants dans les classes, on suppose que les médecins pourraient aussi le devenir dans les hôpitaux. Le patient expérimente, apprend et communique; il est avantageux de le mettre à contribution.

Denys Lamontagne - [email protected]

Illustration : MarkDoliner on VisualHunt / CC BY-SA

Éléments du dossier

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !

Littératie santé - Thot Cursus

Dossiers de la semaine

Littératie santé

Une personne malade est parfois prête à accepter n’importe quoi qui pourrait l’aider à recouvrer ses moyens. Qui va s’en occuper ?

L’ignorance des mécanismes de la santé et de la maladie a longtemps été totale et on s’en remettait aux dieux et aux invocations pour peu que l’affection était grave. Heureusement, des avancées importantes ont été accomplies dans notre compréhension et nos possibilités d’intervention.  Les connaissances sont maintenant élaborées et continuent d’être développées par la médecine, la pharmacie et la psychologie.

Si notre compréhension a évolué, elle est cependant loin d’être complète car les interactions entre la psyché humaine et le corps dépassent les simples causes mécaniques ou biologiques : les affections n’en sont souvent que les reflets ou les résultats.  

Le domaine de la santé continue d’évoluer. La réalité virtuelle amène de nouvelles perspectives et on y parle même de ré-éducation. La pharmacovigilance commence à sortir du giron de l’industrie pharmaceutique. Les patients sont maintenant capables de s’informer et d’être mis à contribution active; l’information n’est plus seulement détenue par les médecins. Même les parents sont plus sensibles aux habitudes de vie «santé» de leurs enfants. Ceci nous indique une certaine re-responsabilisation via à vis notre santé. L’ère où les patients croyaient passivement les médecins achève.

Si les professeurs sont devenus des guides bienveillants dans les classes, on suppose que les médecins pourraient aussi le devenir dans les hôpitaux. Le patient expérimente, apprend et communique; il est avantageux de le mettre à contribution.

Denys Lamontagne - [email protected]

Illustration : MarkDoliner on VisualHunt / CC BY-SA

Éléments du dossier

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !