Dossiers de la semaine

Émotions dans l'apprentissage

Quand Gisèle ou Robert lisent un livre, on peut voir les émotions qui les traversent comme d’autres voient les flux électriques traverser les lobes du cerveau sur un scan.  Éprouver des émotions revient à vivre une expérience; on peut difficilement les séparer de la réflexion tant elles sont imbriquées intimement. Les recherches les plus avancées démontrent que les mêmes régions du cerveau sont sollicités autant dans les processus cognitifs qu’émotifs !

L’activité d’apprentissage est aussi remplie d’émotions, de pensées et d’efforts qui mènent à la satisfaction et à la compréhension où à la confusion et à l’échec, avec les états émotionnels associés. Comme vous le découvrirez dans ce dossier, ce n’est pas tant les émotions qui font problème dans l’apprentissage que leur identification et leur contrôle par l’individu.  

Car l’émotion amène l’individu à agir; exercer un contrôle dessus revient à exercer un contrôle sur son action, et comme l’émotion est communicative, le prof a tout intérêt à savoir la canaliser, la sienne comme celle de ses élèves.  Le prof qui sait «lire» l’état émotionnel de ses élèves profite d’un avantage s’il en tient compte. Le sentiment de compétence qu’il sait transmettre et l’autonomie qu’il laisse à ses élèves peut propulser l’état émotionnel de sa classe à des niveaux d’action que tous savent apprécier.

Certains travaillent à ce que les machines soient capables de reconnaître nos états émotionnels. Quel algorithme les traitera et dans quel but est une question sur laquelle nous devons aussi exercer notre contrôle. Il y est question de nos émotions, le moteur de nos actions.

Denys Lamontagne - [email protected]

Éléments du dossier

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !

Émotions dans l'apprentissage - Thot Cursus

Dossiers de la semaine

Émotions dans l'apprentissage

Quand Gisèle ou Robert lisent un livre, on peut voir les émotions qui les traversent comme d’autres voient les flux électriques traverser les lobes du cerveau sur un scan.  Éprouver des émotions revient à vivre une expérience; on peut difficilement les séparer de la réflexion tant elles sont imbriquées intimement. Les recherches les plus avancées démontrent que les mêmes régions du cerveau sont sollicités autant dans les processus cognitifs qu’émotifs !

L’activité d’apprentissage est aussi remplie d’émotions, de pensées et d’efforts qui mènent à la satisfaction et à la compréhension où à la confusion et à l’échec, avec les états émotionnels associés. Comme vous le découvrirez dans ce dossier, ce n’est pas tant les émotions qui font problème dans l’apprentissage que leur identification et leur contrôle par l’individu.  

Car l’émotion amène l’individu à agir; exercer un contrôle dessus revient à exercer un contrôle sur son action, et comme l’émotion est communicative, le prof a tout intérêt à savoir la canaliser, la sienne comme celle de ses élèves.  Le prof qui sait «lire» l’état émotionnel de ses élèves profite d’un avantage s’il en tient compte. Le sentiment de compétence qu’il sait transmettre et l’autonomie qu’il laisse à ses élèves peut propulser l’état émotionnel de sa classe à des niveaux d’action que tous savent apprécier.

Certains travaillent à ce que les machines soient capables de reconnaître nos états émotionnels. Quel algorithme les traitera et dans quel but est une question sur laquelle nous devons aussi exercer notre contrôle. Il y est question de nos émotions, le moteur de nos actions.

Denys Lamontagne - [email protected]

Éléments du dossier

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !