Dossiers de la semaine

Comme tu es intelligent, robot

Il n’a pas de grandes dents, il est surtout intelligent. Ce qui nous fait le plus peur chez lui n’est ni sa force, ni sa rapidité, mais qu’il puisse dévorer notre essence humaine, nous reléguer à un rôle d’animal d’élevage, dont il assure le bien-être mais qui ne contribue plus qu’à garantir son développement et sa pérennité. Devenu l’extension ultime de notre esprit, qu'il se serve de nous comme notre corps de nos cellules, sans que nous puissions saisir le but de l’ensemble.  Telle est notre crainte.

Le robot est parmi nous, multiforme, virtuel, humanoïde, entomoïde, reptoïde, sans équivalent naturel et pervasif. Nous lui parlons, nous lisons ses messages, écoutons ses propositions et il devient de mieux en mieux capable de comprendre nos émotions et saisir nos préférences. Et ce n’est qu’apparemment un début. En éducation, l’objectif est qu’il sache proposer à chacun ce dont il a besoin pour comprendre et apprendre sans ennui, détresse ou défaitisme. Y a t’il des objections ?  L’infatigable compagnon du professeur et de l’étudiant les aidera du meilleur de ses capacités, comme il le fait pour le travailleur dont il porte les charges et effectue le travail le plus pénible. Qui est contre ?

Les luddites étaient contre les machines, les maraichers aussi. Si plus de 30 % des travailleurs étaient aux champs il y a 150 ans, maintenant ils ne sont plus que 3 %. Et personne ne manque de nourriture ni de vêtements, il y a plus de créativité et de variété que jamais sur nos tables et dans nos garde-robes… On peut supposer que devant l’hécatombe d’emplois annoncée par l’arrivée des robots, de nouveaux vont être créés, encore plus créatifs et, appuyés par nos nouveaux compagnons, irons-nous encore plus loin.

Ballottés entre ces deux pôles de crainte et d’espoir nous continuons le développement de la robotique. Nous invitons aussi les robots à l’école, question de s’habituer à leur présence et d’apprendre à s’en servir. Assurément nous aurons à l’apprendre.

Bonne lecture

Denys Lamontagne - [email protected]

Illustration : Intographics / Pixabay

Éléments du dossier

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !

Comme tu es intelligent, robot - Thot Cursus

Dossiers de la semaine

Comme tu es intelligent, robot

Il n’a pas de grandes dents, il est surtout intelligent. Ce qui nous fait le plus peur chez lui n’est ni sa force, ni sa rapidité, mais qu’il puisse dévorer notre essence humaine, nous reléguer à un rôle d’animal d’élevage, dont il assure le bien-être mais qui ne contribue plus qu’à garantir son développement et sa pérennité. Devenu l’extension ultime de notre esprit, qu'il se serve de nous comme notre corps de nos cellules, sans que nous puissions saisir le but de l’ensemble.  Telle est notre crainte.

Le robot est parmi nous, multiforme, virtuel, humanoïde, entomoïde, reptoïde, sans équivalent naturel et pervasif. Nous lui parlons, nous lisons ses messages, écoutons ses propositions et il devient de mieux en mieux capable de comprendre nos émotions et saisir nos préférences. Et ce n’est qu’apparemment un début. En éducation, l’objectif est qu’il sache proposer à chacun ce dont il a besoin pour comprendre et apprendre sans ennui, détresse ou défaitisme. Y a t’il des objections ?  L’infatigable compagnon du professeur et de l’étudiant les aidera du meilleur de ses capacités, comme il le fait pour le travailleur dont il porte les charges et effectue le travail le plus pénible. Qui est contre ?

Les luddites étaient contre les machines, les maraichers aussi. Si plus de 30 % des travailleurs étaient aux champs il y a 150 ans, maintenant ils ne sont plus que 3 %. Et personne ne manque de nourriture ni de vêtements, il y a plus de créativité et de variété que jamais sur nos tables et dans nos garde-robes… On peut supposer que devant l’hécatombe d’emplois annoncée par l’arrivée des robots, de nouveaux vont être créés, encore plus créatifs et, appuyés par nos nouveaux compagnons, irons-nous encore plus loin.

Ballottés entre ces deux pôles de crainte et d’espoir nous continuons le développement de la robotique. Nous invitons aussi les robots à l’école, question de s’habituer à leur présence et d’apprendre à s’en servir. Assurément nous aurons à l’apprendre.

Bonne lecture

Denys Lamontagne - [email protected]

Illustration : Intographics / Pixabay

Éléments du dossier

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !