Dossiers de la semaine

Raconter sa vie

L'intime n'a pas disparu avec Internet, bien au contraire : ce n'est pas parce qu'il se donne à voir qu'il n'existe plus. Mieux : l'intimité se nourrit désormais du regard du public. 

Si le XXeme siècle a vu s'épanouir toute une littérature parfaitement maîtrisée d'intimité publique, le nôtre a profondément bouleversé la figure de l'auteur : désormais, chacun peut raconter sa vie en ligne, sans tiers éditeur et sans délai. Un dialogue s'engage entre l'auteur, mi-autobiographe mi-romancier, et ses lecteurs. La recommandation, la confidence partagée, les photos de famille constituent la mémoire de nos vies et de nos codes sociaux.

Cette ouverture à la parole privée modifie les codes littéraires. Les récits des adolescentes sur Facebook, les journaux, les lettres ouvertes aux enfants à venir, façonnent et travaillent la langue. 

La toile fait aussi bien une place à la parole contemporaine qu'aux archives. Les archives des grands de ce monde leur rendent leur dimension humaine autant qu'ils nous permettent d'appréhender le contexte de leur action. Les témoignages contribuent à rétablir la vérité, quand bien même l'histoire officielle chercherait à la dissimuler. 

La toile permet aussi de mieux connaître les existences remarquables. Plutôt que de les figer dans une posture hiératique, les traces en ligne forment des portraits mobiles et complexes. 

Finalement, chacun de nous écrit une partie de sa propre histoire avec les traces qu'il laisse en ligne. Le dévoilement instantané de nos pensées et comportements comporte t-il un danger ? A chacun de se prononcer, et de décider de ce qu'il veut vivre sans le raconter.

Illustration : C. Vaufrey, collection personnelle

Éléments du dossier

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !

Raconter sa vie - Thot Cursus

Dossiers de la semaine

Raconter sa vie

L'intime n'a pas disparu avec Internet, bien au contraire : ce n'est pas parce qu'il se donne à voir qu'il n'existe plus. Mieux : l'intimité se nourrit désormais du regard du public. 

Si le XXeme siècle a vu s'épanouir toute une littérature parfaitement maîtrisée d'intimité publique, le nôtre a profondément bouleversé la figure de l'auteur : désormais, chacun peut raconter sa vie en ligne, sans tiers éditeur et sans délai. Un dialogue s'engage entre l'auteur, mi-autobiographe mi-romancier, et ses lecteurs. La recommandation, la confidence partagée, les photos de famille constituent la mémoire de nos vies et de nos codes sociaux.

Cette ouverture à la parole privée modifie les codes littéraires. Les récits des adolescentes sur Facebook, les journaux, les lettres ouvertes aux enfants à venir, façonnent et travaillent la langue. 

La toile fait aussi bien une place à la parole contemporaine qu'aux archives. Les archives des grands de ce monde leur rendent leur dimension humaine autant qu'ils nous permettent d'appréhender le contexte de leur action. Les témoignages contribuent à rétablir la vérité, quand bien même l'histoire officielle chercherait à la dissimuler. 

La toile permet aussi de mieux connaître les existences remarquables. Plutôt que de les figer dans une posture hiératique, les traces en ligne forment des portraits mobiles et complexes. 

Finalement, chacun de nous écrit une partie de sa propre histoire avec les traces qu'il laisse en ligne. Le dévoilement instantané de nos pensées et comportements comporte t-il un danger ? A chacun de se prononcer, et de décider de ce qu'il veut vivre sans le raconter.

Illustration : C. Vaufrey, collection personnelle

Éléments du dossier

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !