Formations

Police scientifique : du rêve à la réalité

le 22 octobre 2008 | Dernière mise à jour de l'article le 18 avril 2012

Sociétés

En fréquentant les forums liés aux sites d’aide à l’orientation professionnelle, on ne peut qu’être surpris par le nombre de jeunes qui demandent des renseignements sur les formations menant aux métiers de la police scientifique. Manifestement, des séries télévisées telles que Les Experts (série américaine) ou RIS police scientifique (série française) ont du succès et font rêver…

Voici quelques ressources en ligne utiles à ceux qui doivent répondre aux questions des jeunes sur ces métiers ou cherchent eux-mêmes à accéder à l’une des fonctions de la police scientifique en France.

D’abord, faut-il croire à ce que nous montrent les séries télévisées sur les membres de la police scientifique ? D’après les spécialistes interviewés par le magazine Phosphore, tout n’est pas faux, mais tout n’est pas vrai non plus : "Du point de vue des techniques employées, la série est réaliste. Nous utilisons aussi les lumières bleues, les analyses d’ADN ou d’empreintes vocales pour trouver des preuves. C’est sur le plan de la méthode d’enquête que ça n’a rien à voir. On voit les acteurs en civil sur les lieux de l’enquête, alors que nos techniciens sont couverts des pieds à la tête en permanence. Mais surtout, il n’y a pas de vedette qui fait tout de A à Z, depuis l’interrogatoire des suspects jusqu’aux observations au microscope. Pour être vraiment efficace, chacun a sa spécialité. Le technicien de scène d’infraction qui se rend sur les lieux n’est pas celui qui procédera à l’analyse. Et en labo, on aura recours à un spécialiste précis, selon qu’il s’agit d’analyses de fibres textiles, d’examens balistiques ou de tests ADN…" (Un commandant à la police scientifique, à propos de la série Les Experts).

Au-delà de la figure du héros, dont on vient de voir qu’elle relève plus de la fiction que de la réalité, les méthodes d’investigation utilisées fascinent les jeunes. Le Journal du Net en fournit un inventaire assez complet, qui va de l’étude des empreintes digitales à l’utilisation des outils informatiques.

Que disent les principaux intéressés de leur métier ? Sur le site de l’ONISEP, un technicien de la police scientifique dialogue avec des adolescents. Il aime ce qu’il fait !

Le photographe Philippe Psaïla s’est glissé au centre de formation de la police judiciaire de Fontainebleau. Sur le site de l’Internaute, il propose des images où l’on voit de futurs techniciens d’identification criminelle en pleine action, sur une scène de crime reconstituée. De quoi faire naître quelques vocations supplémentaires !

Les sites officiels sont plus sobres, mais néanmoins intéressants. On trouvera ici, sur le site du ministère de l'Intérieur, un descriptif complet du métier de technicien de la police scientifique, et les conditions d’accès au concours. Car pour intégrer la police scientifique, il ne s’agit pas seulement d’être passionné, il faut aussi passer un concours difficile, compte tenu du nombre limité de places offertes (une vingtaine par an environ pour le niveau technicien)…
Le site de l’Institut National de Police Scientifique  (INPS) dispose d’une section « Actualités »  intéressante, qui propose des posters  présentant ses différents domaines d’expertise, à télécharger au format PDF.

Précisons enfin que l’armée dispose elle aussi, au travers de la gendarmerie nationale, d’un Institut de Recherche Criminelle (IRCGN), qui comprend notamment une division « ingénierie et numérique ».

Et si tout cela vous paraît décidément très difficile, il vous restera toujours les séries télé…

 

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné