Formations

Silence ! Vous êtes en vacances...

le 22 septembre 2008

Indépendants - Ressources gratuites

Cette année 2003 a été riche en évènements heureux ou très malheureux. On n’a pas vraiment eu le temps de s’ennuyer. Ni le temps de réfléchir ou de se reposer. Du pétrole sur les plages, la guerre à l’étranger, les attentats, les grèves... Y’en a marre ! Cet été, les vacances seront réparatrices ! Thot vous propose quelques bons plans pour une retraite spirituelle hors du monde.

Il est vrai qu’une des définitions traditionnelle du moine affirme qu’il est sans cesse "en vacances pour Dieu"... Oui, mais les autres, ceux qui n’ont pas prononcé leurs voeux ? Vous... Moi... A-t-on droit aux retraites silencieuses ? Très prisés des romantiques du XIXè, en quête de calme et de profonde communion avec leur moi intérieur, les lieux de retraite ont toujours existé. Cependant, ils se sont modernisés pour les besoins de la clientèle : inutile d’être moine dominicain pour ressentir le besoin de réfléchir et de marquer une pause vacances originale dans le tourbillon déshumanisant de la vie active.

Seul ou accompagné

Les retraites accompagnées sont organisées autour d’un thème religieux ou spirituel et vous êtes guidé par un accompagnateur. Mais il existe aussi des retraites solo proposées dans de nombreux établissements religieux ou laïcs qui accueillent les gens en quête de silence, avec ou sans démarche spirituelle. Pléthore de communautés religieuses (chrétiennes ou non) proposent d’accueillir gratuitement ou moyennant un petit pécule (généralement pas plus de 30 € par jour), le quidam en quête de sérénité. C’est le cas de la fameuse Abbaye de Solesmes, abritant une communauté de bénédictins. On peut y séjourner une semaine maximum dans le plus grand silence : on mange avec les frères, on prie avec eux et on a accès à la magnifique bibliothèque. L’accompagnement spirituel n’est pas obligatoire. Qui y vient ? Hommes et femmes d’affaires en quête de sens, dépressifs ou tout simplement les personnes claquées par une année de boulot intense et qui peuvent éprouver le besoin de s’arrêter pour faire l’expérience du silence... dans une atmosphère de calme et de respect mutuel, plus propice au repos que le camping des flots bleus coincé entre la nationale 115, l’odeur des chichis graisseux, la boîte de nuit et la plage noire de monde !

Saint-Benoît avait tout prévu

La plupart des ordres sont très hopsitaliers et il y a peu de risques qu’on vous claque la porte du monastère au nez. Cependant, les moines bénédictins cultivent davantage que les autres le sens de l’hospitalité : il y a meme une partie du monastère qu’on nomme "l’hôtellerie" et qui est dédiée à l’accueil des voyageurs ou des curieux. Saint-benoît, le patron et fondateur de cet ordre spirituel au sens plein du terme (les bénédctins aiment rire. Ils prient et travaillent, s’inscrivent dans le monde actuel sans consacrer leurs vies à la seule contemplation)rappelle d’ailleurs dans sa fameuse règle que " Tous les hôtes qui arrivent seront reçus comme le Christ, car il dira un jour : J’ai été votre hôte et vous m’avez reçu ". Si ça c’est pas de l’accueil !

Attention l’hôtellerie n’est pas un hôtel ! Respectez vos hôtes : les séjours dans une abbaye doivent être consacrés à la spiritualité et pas au badminton sur la pelouse du cloître ou aux nuits enfievrées entre jeunes amoureux dans votre cellule de 9 m2. Les moines vous accueillent à coeur ouvert mais n’abusez pas de leur dévotion et de leur envie de servir. Veillez, en échange de leur hospitalité, à ne pas troubler la régularité de leurs habitudes.

Les bons plans

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné