Formations

France - Algérie : deux webdocumentaires pour ne pas oublier

Deux productions qui réactualisent les archives d'une période sombre.

le 12 mars 2012 | Dernière mise à jour de l'article le 13 mars 2012

Sociétés

Deux webdocumentaires récents viennent nous rappeler les sombres heures de la période qui mena à la décolonisation de l'Algérie au prix d'une guerre qui dura 8 ans, de 1954 à 1962. 

Dans ces deux webdocumentaires, les témoignages audio et photo ont été mobilisés et agencés sous forme de récits à entrées multiples.

La nuit oubliée, réalisé par Olivier Lambert et Thomas Salva (le tandem de Brèves de trottoirs), disponible sur la plateforme du journal Le Monde, traite du massacre opéré le 17 octobre 1961 à Paris. Alors que le couvre-feu est imposé aux seuls musulmans en France, une manifestation pacifique est organisée par le FLN à Paris. La riposte policière est incroyablement brutale : des centaines de personens sont molestées, certaines sont tuées par balle ou meurent sous les piétinements, et les corps sont jetés dans la Seine. Cet événement tragique sera occultée par les médias, à la demande des autorités.

Mêlant témoignages filmés de personnes ayant vécu ces événements tragiques, images d'archives, décryptages d'experts qui précisent le contexte historique et scénes dessinées, La nuit oubliée constitue un document très précieux pour se replonger dans une époque trouble, où l'affrontement franco-algérien se déroulait sur le sol algérien aussi bien qu'en France. 

***

Dans un genre différent, le webdocumentaire intitulé 127, rue de la Garenne, nous invite à plonger dans la vie de ce qui fut le plus grand bidonville de France, le bidonville de La Folie à Naterre, en région parisienne. Là, vécurent jusqu'à 10 000 personnes, des Algériens et des Marocains pour la plupart, pendant une vingtaine d'années (1950 - 1971). Monique Hervo, opposante à la guerre d'Algérie, vient y vivre en 1959. Elle y collecte des témoignages oraux et y fait de nombreuses photographies. A partir de ce matériel, Laurent Maffre et Thomas Gabison ont élaboré une longue frise dessinée représentant la vie quotidienne dans ce bidonville. Régulièrement, des personnages prennent la parole : les habitants en premier lieu, mais aussi Monique Hervo elle-même qui mobilise ses souvenirs pour nosu raconter ce qu'elle a vu et partagé à cette époque. 

Ces deux webdocumentaires rappelleront aux plus jeunes, et à tous ceux qui préfèrent oublier, ce que fut cette période de l'histoire de France et ses conséquences sur la vie de dizaines de milliers de personnes, arrivées en France pour travailler dans les sectreurs de l'automobile et du bâtiment, au moment où "la guerre sans nom" faisait rage. Le webdocumentaire sur le bidonville de Naterre est également une représentation plutôt fidèle des conditions de vie dans un bidonville. Ces derniers n'ont malheureusement pas disparu, on en trouve dans de nombreux pays et en France-même, pays qui peine toujours à résoudre ses problèmes de logement pour les plus défavorisés.

La nuit oubliée

127, rue de la Garenne

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné