Formations

Les effets psychologiques des attentats de Boston

Une émission de la radio 98.5FM avec Louis Brunet, professeur et directeur du DEP de psychologie de l'UQAM.

le 24 avril 2013 | Dernière mise à jour de l'article le 26 février 2014

UQAM - Université du Québec à Montréal

405, rue Sainte-Catherine Est
Case postale 8888, succ. Centre-ville
Montréal (Québec)
Canada
H2L 2C4

Tél.: 514 987 3000

Suite aux attentats de Boston, Louis Brunet, professeur et directeur du DEP de psychologie de l’UQAM, partage son analyse du terrorisme et de ses effets psychologiques dans les populations, dans une émission de la radio québécoise 98,5 FM.

Le terrorisme selon lui, n’a plus tant l’objectif de faire valoir une vision politique aujourd’hui. En commettant des actes violents dans les populations civiles, en sortant des combats militaires, l’effet psychologique change sensiblement : ces criminels créent de la terreur, de l'angoisse, du chaos dans les villes.

Mr Brunet explique également comment la politique réagit parfois de façon extrémiste, en tenant un discours violent, alarmiste, comme l’a fait l’ancien président américain Georges W. Bush lors de l’attentat du World Trade Center. Selon lui, ce mode d’action de la part des politiques s’apparente au même mode de pensée que les terroristes, puisque d’une certaine façon, il aggrave le sentiment d’insécurité, de peur et d’inquiétude de la part des citoyens.


Écouter l’émission



Crédit photo : Dr. Cloud / Shutterstock.com

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné