Formations

Découverte d'un gène permettant de mieux lutter contre l'obésité

Un chercheur de l'UNIL a fait une découverte surprenante qui pourrait permettre de mieux lutter contre l'obésité.

le 15 janvier 2014

Université de Lausanne - UNIL

Unicentre
CH-1015 Lausanne
Suisse

Tél. +41 21 692 11 11
Fax  +41 21 692 26 15

D'un côté, une souris obèse. Une issue prévisible, le rongeur ayant été soumis à un régime riche en graisses et en sucre. De l'autre, une souris d'apparence standard. Un résultat plus surprenant, le mammifère ayant subi la même diète obésogène que sa consoeur...

Voilà, résumée en deux phrases, toute la force de la découverte réalisée par l'équipe de Luc Pellerin, professeur au Département de physiologie de l'UNIL. L'étude, à lire dans l'édition en ligne de la revue «PLOS ONE», ouvre des perspectives inédites dans le traitement de l'obésité.

Tout a commencé un peu par hasard, comme c'est le cas pour beaucoup de découvertes d'importance. Fin des années quatre-vingt-dix, Luc Pellerin et son équipe du Département de physiologie de la Faculté de biologie et de médecine (FBM) de l'UNIL s'intéressent aux échanges métaboliques entre astrocytes - des cellules gliales en forme d'étoile du système nerveux central (SNC) - et neurones. Ils cherchent à mettre en évidence les transporteurs qui permettent d'exporter et d'importer le lactate, lequel constitue un carburant énergétique pour les neurones au même titre que le glucose. Trois transporteurs, baptisésMCT1, MCT2 et MCT4, qui sont en fait des protéines membranaires, sont révélés dans le SNC.



Lire la suite et voir le reportage vidéo



Crédit photo : Suzanne Tucker / Shutterstock.com

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné