Formations

Aider la recherche en neurosciences grâce à des jeux

Huit mini-jeux à essayer pour aider les chercheurs à comprendre les mécaniques neurologiques de la motivation

le 08 février 2015 | Dernière mise à jour de l'article le 09 février 2015

Sociétés

Le jeu peut être plus qu'une simple partie de plaisir. Non seulement peut-il prendre un aspect sérieux en se couvrant d'une couche pédagogique, mais il peut aussi être un outil de recherche.

Des titres comme FoldIt ou EteRNA sont des exemples forts de l'idée de se servir du jeu et du comportement des joueurs pour résoudre des mystères scientifiques. Pas étonnant dans ce contexte de voir l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM) user du jeu pour, cette fois, étudier les mécanismes neurocognitifs qui sont à l'origine de la motivation humaine.

Brain'Us est une application à la fois disponible sur les appareils Android, iPhone ou directement sur les navigateurs Web. Après une inscription gratuite où il devra donner des informations sur son sexe et son âge, le joueur sera convié à 8 jeux différents. Dans certains cas, il faudra jouer à plusieurs reprises pour que le site puisse faire une première analyse du fonctionnement du cerveau de l'utilisateur. La plupart des jeux se font en solo, mais deux nécessitent d'autres usagers. Voici d'ailleurs quelques-uns des expériences proposées :

  • Cache-cache : jeu multijoueur où vous jouerez soit le cacheur, celui qui doit cacher une pièce sous un des deux verres, ou le trouver qui doit la dénicher.
  • L'heure du rendez-vous : autre jeu multijoueur où cent joueurs doivent estimer une heure à partir d'un scénario donné.
  • Les deux font la paire : il faut associer des cartes avec 4 modèles en se fiant à trois règles (même couleur, forme ou nombre d'items)
  • Triangles au box-office : le joueur analyse le comportement de deux triangles dans des animations diverses.
  • Une poule difficile : le jeu demande de deviner à de nombreuses reprises ce que désire manger une poule entre une carotte et un épi de blé.
     

La plupart des jeux se basent sur la rapidité, l'observation et presque l'instinct dans le cas du jeu de la poule et de cache-cache. Il est donc nécessaire de se concentrer pour arriver à faire un score qui soit satisfaisant.

Les fautes et les comportements des joueurs seront analysés par les scientifiques de l'Institut du cerveau et de la moelle. Par contre, le jeu de «l'heure du rendez-vous» est simplement frustrant puisqu'il faut attendre que 99 autres personnes aient répondu pour avoir un résultat, ce qui peut être long.

Toutefois, il sera très intéressant de suivre les impacts des découvertes que permettront ces jeux sur un thème de prédilection en éducation : la motivation humaine.

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur