Formations

Structure sociale de Montréal: des traces du clivage linguistique

Retour sur le clivage francophones-anglophones.

le 03 octobre 2018

Université Laval

Bureau du recrutement étudiant


Pavillon Alphonse-Desjardins, local 3577
2325, rue de l’Université
Université Laval
Québec (Québec) G1V 0A6
Canada


418 656-2764
1 877 606-5566

La stratification sociale de Montréal a été historiquement caractérisée par un clivage linguistique anglais-français qui s’est mis en place lors de l’essor industriel et commercial de la ville. Les francophones montréalais étaient alors en majorité ouvriers, petits commerçants, artisans et entrepreneurs de condition modeste alors que les élites de langue française étaient surtout constituées de membres des professions libérales (avocats, notaires, médecins, etc.).

Si Montréal comptait un certain nombre d’ouvriers anglophones –notamment des immigrants irlandais et des Européens fraîchement débarqués ayant opté pour l’anglais–, l’élite du monde des affaires et les grands propriétaires d’usines et de sociétés diverses (banques, etc.) étaient anglophones. La situation a radicalement changé dans la foulée de la Révolution tranquille. C’est le résultat de ce changement que nous explorons dans ce billet.

 

Lire l'article

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné