Formations

Acheter pour exister

Jadis, on achetait par nécessité. Aujourd’hui, la nécessité, c’est d’acheter.

le 10 octobre 2018

Université Laval

Bureau du recrutement étudiant


Pavillon Alphonse-Desjardins, local 3577
2325, rue de l’Université
Université Laval
Québec (Québec) G1V 0A6
Canada


418 656-2764
1 877 606-5566

«L’argent ne fait pas le bonheur», clame le dicton populaire. Mais il y contribue grandement. Du moins en apparence. Au point que, depuis plusieurs décennies, l’acte d’acheter définit à lui seul une bonne partie de notre société.

Aux premiers temps de la société de consommation, durant l’après-guerre, acheter visait surtout à remplir notre garde-manger ou nos armoires. Quant au reste, les ménages disposaient de peu de modèles de maisons, de voitures ou de vêtements pour combler leurs besoins. Les vélos servaient essentiellement à se déplacer, à l’exception de ceux conçus pour les professionnels, tandis qu’afficher sur des vêtements le nom de leur fabricant semblait aussi incongru qu’oublier d’en retirer l’étiquette. Tout cela se passait avant que l’acquisition d’un bien ne participe à la construction de notre image sociale. Comment en est-on venu à proclamer notre identité à partir des marques ou des objets?

 

Lire la suite

 

Crédit photo : Pixabay

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné