Formations

Les femmes de science en quête d'égalité

Des biais sexistes continuent de nuire au travail de recherche des femmes scientifiques

le 11 mars 2019 | Dernière mise à jour de l'article le 12 mars 2019

Université Laval

Bureau du recrutement étudiant


Pavillon Alphonse-Desjardins, local 3577
2325, rue de l’Université
Université Laval
Québec (Québec) G1V 0A6
Canada


418 656-2764
1 877 606-5566

À une époque, seules Émilie du Châtelet et Marie Curie, par exemple, pouvaient figurer dans le panthéon des femmes ayant réussi à faire leur nom dans le milieu scientifique. Heureusement, depuis, les exemples féminins en science ne cessent de s’additionner. Une bonne chose mais cela ne veut pas dire qu’elles ont droit aux mêmes chances que leurs collègues masculins.

En effet, une professeure de la Faculté de médecine de l’université Laval avait rédigé et publié en 2017 une étude qui allait faire grand bruit. Holly Witteman montrait dans son travail qu’il existait un biais sexiste dans l’attribution de fonds à la recherche. Sur 24 000 demandes de subvention, le taux de succès des femmes était de quatre points de pourcentage plus bas que celui des hommes sur les programmes évaluant surtout la qualité du demandeur. Heureusement, ceux reposant sur celle du projet montraient des taux similaires. Néanmoins, le texte d’Holly Witteman a été un dur rappel du long chemin qu’il reste à faire pour que les femmes en sciences aient droit au même traitement que leurs comparses masculins.

Pour lire la suite

 

Illustration : Smithsonian Institution Alma Whiffen Barksdale (1916-1981) via photopin (license)

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné