Formations

Le perfectionnisme pave la voie à la dépression

Les perfectionnistes sont plus enclins aux émotions négatives

le 31 mars 2019 | Dernière mise à jour de l'article le 02 avril 2019

Université catholique de Louvain

Université catholique de Louvain
1, Place de l'Université
B-1348 Louvain-la-Neuve
Belgique

Le perfectionnisme peut être à la fois une qualité et un grand défaut. Les perfectionnistes désirent continuellement peaufiner leur travail. Un aspect intéressant dans les milieux académiques et professionnels. Or, cette quête de la perfection se veut trop souvent destructrice. Tel Icare cherchant à s’approcher du soleil, il est possible de se brûler les ailes.

Une chercheuse de l’université de Louvain s’est intéressée spécifiquement au phénomène de ces gens en quête d’être parfait. Pour elle et son équipe, ce n’est pas tant cette volonté qui est malsaine que la réaction par rapport aux échecs et écueils. Les perfectionnistes tombent rapidement dans des comportements émotionnels dysfonctionnels comme ruminer leurs erreurs passées constamment. Un cercle vicieux que l’établissement universitaire essaie de briser auprès de ces étudiants ayant des problèmes de perfectionnisme.

Pour lire la suite

 

Illustration : Sasha Freemind on Unsplash 

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné