Formations

Sommes-nous tous marginaux?

La définition de normalité change d'un individu à l'autre

le 15 avril 2019 | Dernière mise à jour de l'article le 16 avril 2019

Université Laval

Bureau du recrutement étudiant


Pavillon Alphonse-Desjardins, local 3577
2325, rue de l’Université
Université Laval
Québec (Québec) G1V 0A6
Canada


418 656-2764
1 877 606-5566

La question de la marginalité reste vaste. Après tout, comment se définit-elle? Il s’agirait, selon les dictionnaires, de gens dérogeant de la norme établie. Viennent alors les images de personnes décidant de se retirer de la société, les différentes orientations et identifications sexuelles, les végétariens et véganes, etc.

Comme le rappelle cette chercheuse de l’Université Laval, la marginalité est fortement en lien avec la définition de normalité de chaque individu. Pour une personne constamment en ligne, quelqu’un ne se servant pas d’Internet sera perçue comme un hurluberlu. Et l’inverse sera aussi vrai. Voilà pourquoi, selon elle, seule la mise en place de ponts entre les gens et l’acceptation des différences permettrait de casser les étiquettes.

Pour lire la suite

 

Illustration : Adi Goldstein sur Unsplash

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné