Formations

Roman graphique : quand la BD gagne de la maturité

Le genre du roman graphique a ouvert le champ à d'autres types d'histoires pour les bédéistes

le 29 avril 2019 | Dernière mise à jour de l'article le 30 avril 2019

UQAM - Université du Québec à Montréal

405, rue Sainte-Catherine Est
Case postale 8888, succ. Centre-ville
Montréal (Québec)
Canada
H2L 2C4

Tél.: 514 987 3000

La bande dessinée existe depuis longtemps. Or, elle a souvent été considérée comme un sous-genre par les éditeurs. Des créateurs comme Will Eisner, à la fin des années 70, ont alors décidé de se servir du terme roman graphique pour être remarqués.

Depuis, toutes les librairies possèdent une section dite « roman graphique ». À la différence des bandes dessinées traditionnelles, les auteurs utilisent leur art afin de développer sur un ou plusieurs tomes des histoires fictives ou autobiographiques. Ils n’ont plus à se soumettre à des formats de taille comme les séries de superhéros de Marvel ou autres. Une évolution qui a permis de donner plus de lettres de noblesse aux bédéistes.

Pour lire la suite

 

Illustration : Flооd Refresher via photopin (license)

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné