Formations

Les animaux, des victimes collatérales des conflits armés

En temps de guerre, les zoos et réserves sont abandonnés tout comme leurs pensionnaires

le 03 juin 2019 | Dernière mise à jour de l'article le 04 juin 2019

Sociétés

Les hommes ont mis sur place des zoos et des lieux pour voir des bêtes exotiques depuis l'Antiquité. La faune a toujours été grande source de fascination et d'amusement pour les gens. Or, quand un pays tombe en guerre, ces réserves animales deviennent le dernier des soucis de la population. Pourtant, ces animaux sont prisonniers de cages et ne peuvent plus se nourrir ou s'abreuver convenablement sans la présence des gardiens.

Ce reportage montre le travail d'une organisation non gouvernementale qui est allée chercher des bêtes dans le zoo décimé d'Alep, en Syrie. Sur la centaine d'animaux présents avant le conflit, seuls 13 ont été retrouvés vivants et en mesure d'être apportés en Jordanie dans une réserve spécialement conçue pour eux. Des lions, entre autres, ont vécu le traumatisme des bombes, du manque de nourriture et de la mort de leurs parents dans certains cas. Un rappel de la responsabilité qu'ont les organisations zoologiques envers ces créatures.

Durée : 5min19

 

Illustration : Tambako the Jaguar Quite tired lion via photopin (license)

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné