Formations

Construire en s'adaptant à la nature

Une attitude plus révérencieuse des milieux naturels afin de les préserver

le 10 juin 2019 | Dernière mise à jour de l'article le 11 juin 2019

ACFAS - Association francophone pour le savoir

    425, rue De La Gauchetière Est
    Montréal, Qc
    H2L 2M7
    Canada   

Au début des années 2000, des scientifiques, dont le prix Nobel de chimie Paul Crutzen, ont proposé d’appeler la période géologique contemporaine l’anthropocène. C’est-à-dire un monde si bouleversé par l’activité humaine que les événements extrêmes météorologiques se multiplient et que la biodiversité fond à vue d’œil. Au point où, ironiquement, la vie humaine s’en trouve plus difficile. La question est alors de savoir si les chercheurs arriveront à créer des techniques pour améliorer la situation.

Toutefois, une interrogation est soulevée : peut-on réellement régler l’effet de technologies polluantes par davantage de machines? Et si la réponse d’habiter la planète se situait davantage dans la philosophie prônée par Montesquieu? C’est-à-dire qu’au lieu d’être des nations industrielles, les pays seraient plus industrieux et se serviraient de méthodes qui complètent et perfectionnent ce que la nature a mis en place. Plutôt qu’exploiter la Terre, nous en ferions vraiment un habitat exigeant ainsi de nous de respecter l’environnement autour.

Pour lire la suite

 

Illustration ShinyPhotoScotland on Foter.com / CC BY-NC-ND

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné