Formations

Sommeil agité : un signe avant-coureur du Parkinson?

Un trouble du sommeil serait annonciateur de maladies dégénératives

le 09 septembre 2019 | Dernière mise à jour de l'article le 10 septembre 2019

UQAM - Université du Québec à Montréal

405, rue Sainte-Catherine Est
Case postale 8888, succ. Centre-ville
Montréal (Québec)
Canada
H2L 2C4

Tél.: 514 987 3000

Lorsque nous sommes en période de sommeil paradoxal, nous rêvons de folles choses. Or, pour éviter que nous nous blessions, nos muscles sont paralysés temporairement. Toutefois, certains individus perdent cette capacité et se mettent à gesticuler, parfois violemment, pendant la nuit. Ce qui s’avère un risque de blessure ou de désagrément pour une autre personne dormant dans le même lit pourrait être annonciateur de pathologies plus graves.

En effet, de nombreuses études ont montré dans les dernières années que ceux atteints de ce trouble comportemental en sommeil paradoxal (TCSP), 9 fois sur 10, ceux-ci vont développer du Parkinson ou la démence à corps de Lery dans un horizon de 10 à 15 ans. D’ailleurs, ces individus verront la maladie les attaquer plus durement que d’autres. La neuroimagerie a même démontré que ceux atteints de TCSP et ayant du Parkison ont un amincissement du cortex plus prononcé. Ainsi, les autorités médicales devraient prendre au sérieux ce trouble et préparer les patients à ce qui les attend.

Pour lire la suite

 

Illustration : Adi Goldstein sur Unsplash

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné