Formations

Détecter le Parkinson par le sang

Les tests sanguins pourront-ils, bientôt, détecter la maladie dégénérative?

le 09 septembre 2019 | Dernière mise à jour de l'article le 10 septembre 2019

Université Laval

Bureau du recrutement étudiant


Pavillon Alphonse-Desjardins, local 3577
2325, rue de l’Université
Université Laval
Québec (Québec) G1V 0A6
Canada


418 656-2764
1 877 606-5566

Les tests sanguins ont permis de détecter de nombreuses pathologies chez les humains. Or, certains maux semblaient jusqu’à maintenant indétectables par le sang. Ainsi, une maladie dégénérative comme le Parkison s’attaquant surtout au cerveau et aux neurones ne pouvaient pas transparaître dans l’analyse sanguine. C’était du moins vrai jusqu’à ce que des chercheurs découvrent un biomarqueur pouvant déterminer le stade de la maladie et, donc, le traitement approprié.

En effet, des scientifiques ont remarqué que chez les patients atteints du Parkinson, les globules rouges ont un plus grand nombre de microvésicules extracellulaires. Celui-ci suit étonnamment bien les divers stades établis par les neurologues avec les tests cliniques. Évidemment, il faudra encore différents tests pour confirmer cette théorie mais si cela devait s’avérer juste, le corps médical aurait enfin un indicateur clair de la maladie.

Pour lire la suite

 

Illustration : Arek Socha de Pixabay

Avez-vous apprécié cette page?

Voir plus d'articles de cet auteur

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner
Je suis déja abonné