Ressources

Publié le 07 juillet 2020 Mis à jour le 28 septembre 2020

Dédramatiser la violence dans les jeux vidéo

Doit-on réellement s'inquiéter de la violence dans les jeux?

Depuis sa démocratisation auprès du grand public, le jeu vidéo n’a eu de cesse d’attirer sur lui les foudres et les critiques, particulièrement en ce qui a trait à sa violence. Il ne s’agit pourtant pas du premier média à traiter de ce sujet mais l’aspect immersif et la présence d’un avatar rendent mal à l’aise certains. Après tout, qu’est-ce que cela dit de laisser des jeunes abattre des gens?

Le chercheur en « game studies », Alexis Blanchet, ne voit pas les choses aussi dramatiques. Déjà, il est intéressant que les médias ne s’intéressent qu’à la violence physique alors que bien des titres qui semblent plus « innocents » transmettent des violences invisibles (ex. : néocolonialisme). Ensuite, celle esthétisée dans les parties ne sert surtout qu’à « récompenser » le joueur pour une action réussie. Ceux-ci ne transposent donc pas cette validation à l’extérieur de la sphère ludique. Enfin, une bonne part des jeux repose sur la violence de la compétition appelée agôn par l’essayiste Roger Caillois.

Durée : 3 minutes

Illustration : Michal Jarmoluk de Pixabay

En savoir plus sur cette ressource

Mots-clés: Critique Violence Avatars Compétition Cinéma Jeu vidéo

Voir plus de ressources de cette institution

Accédez à des services exclusifs gratuitement

Inscrivez-vous et recevez des infolettres sur :

  • Les cours
  • Les ressources d’apprentissage
  • Le dossier de la semaine
  • Les événements
  • Les technologies

De plus, indexez vos ressources préférées dans vos propres dossiers et retrouvez votre historique de consultation.

M’abonner à l'infolettre


Effectuez une demande d'extrait d'acte de naissance en ligne !


Ajouter à mes listes de lecture


Créer une liste de lecture

Recevez nos nouvelles par courriel

Chaque jour, restez informé sur l’apprentissage numérique sous toutes ses formes. Des idées et des ressources intéressantes. Profitez-en, c’est gratuit !